“La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.” Baruch Spinoza

L'Humeur
  • Ce cher Jean Tirole
  • 19 mai 2016,
    par Malicette
  • Sur France Inter, une voix grave martèle des vérités premières. C’est celle de Jean Tirole, prix Nobel d’économie, devenu chouchou des media. Et donc ce Jean Tirole, élevé aux mamelles de la bourgeoisie troyenne, annonçait des tas de réformes (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Mai > N1391 > Meslier, un sans-culotte avant la lettre

CULTURE

Meslier, un sans-culotte avant la lettre

jeudi 19 mai 2016 , 391 : visites , par Jean Lefevre

L’historien bruxellois Serge Deruette a enchanté, mardi 10 mai, le public nombreux de l’Upopaube en présentant la vie et l’oeuvre de l’abbé Jean Meslier d’Etrépigny (08).
Avec un merveilleux accent belge et la crinière au vent, ce conférencier passionné présenta un curieux curé qui avait entrepris d’écrire une critique au vitriol de l’église et de la noblesse de son époque. Son manuscrit d’un millier de pages ne fut connu qu’à la mort de Jean Meslier en 1729. Voltaire s’en saisit pour l’atténuer et le faire accorder à sa propre conception déiste, ce qui était une trahison puisque Meslier était athée et s’ingénia à démontrer l’inexistence de dieu en huit « preuves ». Il ajoutait, avec la langue de vipère qu’on lui connaît, que Meslier « choisissait des bonnes n’ayant pas atteint l’âge canonique ».
L’athéisme n’avait pas attendu ce prêtre ardennais pour proclamer son refus de toute religion. Dès la Grèce antique existaient des athées. Mais ce qui fait l’originalité de Meslier, c’est sa critique sociale et ses propositions pour une société de justice. Non seulement il critique sa hiérarchie ecclésiastique, mais aussi la noblesse, af firmant que les « deux font la paire » et se soutiennent l’une l’autre pour tenir le peuple en esclavage. Il est un des premiers philosophes des Lumières qui proclameront la liberté de conscience.
Sous la soutane, il y avait donc un sans-culotte ! Car ce subversif, qui tenait tête à son évêque et à son seigneur, soutenait les paysans de son village, pauvres, analphabètes et corvéables. Ce sont ceux qui, 70 ans plus tard, allumeront l’étincelle de la révolution. Il faut ajouter que le curé va loin dans ses propositions puisqu’il réclame l’instruction pour tous, l’égalité de tous, femmes et hommes, le partage équitable des biens entre personnes « qui travaillent utilement », ce qui peut s’apparenter aux prémisses d’une idée du communisme chez Thomas More et plus tard à celui de Babeuf.
L’Upopaube promet une continuité dans le choix de ces sujets originaux et de ces intervenants de haute compétence.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|