Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Election > Coup de projo sur Bayrou le chouchou des médias

Coup de projo sur Bayrou le chouchou des médias

vendredi 23 mars 2007 , 2138 : visites

Certes il semble plus conciliant que Sarkozy, mais son passé le met carrément dans le camp de la droite, qui, du coup, a deux fers au feu, une droite dure qui chasse sur les terres de Le Pen, une droite souriante qui vise l’électorat de gauche.

Preuves sur table, Bayrou le giscardien a soutenu sans défaillance tous les gouvernements de droite, depuis 30 ans, en tant que député ou ministre de Balladur et de Juppé. Voici quelques votes Bayrou.

1) La politique antisociale

-  Le 3 juillet 2002, il vote la confiance à Jean-Pierre Raffarin, affirmant alors : "il faut que toutes les marges de main d’œuvre de la nation soient dirigées en priorité vers la baisse des charges, pour que les entreprises n’aient pas à supporter des contributions supplémentaires ".
-  15 octobre 2002 : Allégement des 35 heures au profit des patrons. Bayrou vote pour
-  10 décembre 2002. Mise à bas de la loi Hue sur les fonds publics aux entreprises et des droits accordés aux licenciés économiques.(Contrôle des fonds publics)
-  18 mars 2003. Loi privatisant Air France. François Bayrou vote pour.
-  24 juillet 2003. Loi portant réforme des retraites. Bayrou vote pour l’augmentation de la durée de cotisation et la remise en cause du droit à la retraite à 60 ans.
-  25 novembre 2003. RMI confié aux départements et création du RMA. Cette loi, en transférant la charge du RMI sur les départements, renforce leurs difficultés financières. Elle ouvre aussi, avec le Revenu Minimum d’Activité, la possibilité d’embaucher des Rmistes, 20 heures par semaines, pour 200 euros par mois ! Bayrou vote pour. Cette mesure était dans son programme présidentiel en 2002.
-  5 avril 2004. De nouveau la confiance à Jean-Pierre Raffarin. Le pouvoir est désavoué dans les urnes, aux Régionales. L’UDF n’en a cure : "Rien ne serait pire que l’abandon des réformes ",
-  29 juin 2004. Ouverture au privé du capital d’EDF. Bayrou et son groupe votent pour. Un certain Jean Dionis du Séjour, député UDF, regrette même que la loi n’en finisse pas avec le régime de retraites des électriciens et des gaziers.
-  23 novembre 2004. Un budget favorable aux riches. François Bayrou vote pour tout comme celui de 2005 qui accorde des baisses. En 2006 et 2007, il a voté contre les budgets, par simple stratégie électorale.
-  7 décembre 2004. Loi de cohésion sociale. Cette loi met en place de nouveaux contrats aidés et sanctionne les chômeurs. Bayrou vote pour. 2 mars 2005. École : soutien aux socles de connaissances. Le groupe UDF approuve ce socle qui réduit les bases éducatives à quelques matières, et encourage les inégalités. Mais l’UDF commence à avoir la présidentielle en tête et s’abstient. Ce qui ne veut pas dire s’opposer...
-  15 mars 2005. Privatisation d’Aéroports de Paris. Bayrou vote pour.
- 28 juin 2005. Nouvelles réductions d’impôts pour les actionnaires. Bayrou vote pour.
-  18 octobre 2005. Une loi contre les petits paysans. La loi d’orientation fragilise les petites exploitations, fait la part belle aux agro-industriels et laisse tranquille la grande distribution. Bayrou, soi-disant homme delà "France profonde", vote pour.
-  31 janvier 2006. Mise en cause du quota des 20 % de logements sociaux. Un amendement de l’ultra-libéral Patrick Ollier inclut dans les 20 % de logement sociaux obligatoires sur le territoire des communes, les logements en accession à la propriété. C’est un clin d’œil aux maires des communes riches. Bayrou vote pour. 2) La politique sécuritaire et anti-immigrés
-  28 janvier 2003. Vote de la première Loi Sarkozy. Cette loi renforce les pouvoirs de réquisition des préfets, met en cause la présomption d’innocence, s’attaque aux mendiants, aux jeunes, aux prostituée. Mais pas aux délinquants financiers. Bayrou vote pour.
-  17 mai 2006. Refus de s’opposer à l’immigration choisie de Sarkozy. La loi sur "l’immigration et l’intégration" consacre l’immigration choisie, entre celui qui aura le droit d’être exploité par les patrons français et les autres. Le texte complique encore plus la vie des étrangers en attente de titre de séjour. "Humaniste", Bayrou ? Il refuse de s’opposer à cette loi. La moitié du groupe UDF vote pour.

3) Promoteur de la constitution européenne

Bayrou fait de l’adoption de cette Constitution, un enjeu majeur pour la majorité. Il mène campagne pour le Oui. Au lendemain du vote majoritaire pour le Non, il infantilise le peuple français. "Tout le terrain gagné péniblement, à force de volonté et d’imagination pragmatique, menace d’être perdu. L’arbre est par terre, et ce sont les Français qui ont manié la tronçonneuse" déclare-t’il devant l’Assemblée nationale.

Recueilli par J. Lefèvre

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N913

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|