“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • COMMENT TONDRE UN MALADE
  • 5 mai 2016,
    par Malicette
  • Notre époque galope toutes brides dehors vers le progrès. Le bonheur n’est pas loin. Cliniques et hôpitaux y croient déjà qui préparent cet avenir parfait où le malade ne sera plus un patient impatient mais un client satisfait. La clinique Saint-Hilaire (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mai > N1389 > COMMENT TONDRE UN MALADE

COMMENT TONDRE UN MALADE

jeudi 5 mai 2016 , 97 : visites , par Malicette

Notre époque galope toutes brides dehors vers le progrès. Le bonheur n’est pas loin. Cliniques et hôpitaux y croient déjà qui préparent cet avenir parfait où le malade ne sera plus un patient impatient mais un client satisfait. La clinique Saint-Hilaire (un saint est toujours le bienvenu pour guérir) « garantit votre bien-être et votre confort durant votre hospitalisation. » Elle propose donc « des services hôteliers de qualité, la chambre particulière Solo, Solo Plus ou Solo confort aux tarifs compris entre 190 et 290 ¤. » La dernière comprend « repas Plaisir et tous les divertissements multimédia, services confort et accompagnants ».
On n’est plus un malade dans ce palace, on est un prince. Même pour les opérations bénignes, il n’y a là que des virtuoses du bistouri. Une « cliente » savinienne a dû verser 850 euros de dépassement d’honoraires.
Nombre de malades acceptent ces extravagances sans trop rechigner. Le clinicien le sait qui joue sur la fragilité de l’opéré. Mais bientôt toute notre société sera gangrenée par ces pratiques maffieuses. Le SMUR est maintenant généralement facturé au client et à sa mutuelle, alors qu’il est financé par une dotation de missions d’intérêt général. Le for fait administratif à 9 euros continue à être réclamé au client des cliniques malgré son illégalité.
Pendant ce temps, le gouvernement tergiverse, papote, atermoie, propose de grandes lois à tout petits ef fets, s’engage dans l’illégalité capitaliste et met la complémentaire santé dans les mains des assureurs et des banques. Comme dit une chanson de la Commune : «  Ça branle dans le manche et gare à la revanche quand tous les pauvres s’y mettront. »

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|