“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • SAINTE MÂTIE
  • 21 avril 2016,
    par Malicette
  • Le journal m’apprend que Troyes avait une « patronne » et je ne m’en préoccupais point. Sainte Mâtie, car c’est d’elle qu’il s’agit, a été estampillée sainte depuis sa décapitation autrefois. N’y a pas de preuve mais des légendes, foi de cigale. La légende, (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Avril > N1387 > SAINTE MÂTIE

SAINTE MÂTIE

jeudi 21 avril 2016 , 120 : visites , par Malicette

Le journal m’apprend que Troyes avait une « patronne » et je ne m’en préoccupais point. Sainte Mâtie, car c’est d’elle qu’il s’agit, a été estampillée sainte depuis sa décapitation autrefois. N’y a pas de preuve mais des légendes, foi de cigale. La légende, c’est bon pour vendre des icones et faire visiter les reliques, ce qui rapporte quelque argent au clergé qui tire le diable par la queue. Je me souviens, il y a quelques années, la ville de Troyes donnait un spectacle appelé « Cathédrale de lumière » que nous appelions, foi de fourmi, « cathédrale de dépenses ou catastrophe de lumière. » La qualité n’était pas au rendez-vous malgré le prix de la prestation. Mâtie était représentée avec son tablier dans lequel le méchant boulanger jetait de la braise qui aussitôt se transformait en fleurs ou en petits pains qu’elle donnait aux pauvres.
150 ans avant Marx, le curé Meslier avait dénoncé la religion comme un opium puisqu’elle faisait écran aux « voleries publiques et injustices criantes de ceux qui gouvernent les peuples, qui les pillent et les oppriment… »
On parle aujourd’hui de dresser une statue à Mâtie dans l’espace public, ce qui serait inacceptable, même si cette nouvelle idole ne ferait ni mal ni bien à personne. Aujourd’hui, ce n’est plus l’église qui est l’opium du peuple masquant les injustices. Une autre religion, plus terrible encore, a pris le relais, celle du capitalisme qui propose pour vivre heureux, contentement et consécration grâce à la compétition, la concurrence, le conflit, des mots qu’on reconnaît dès leur première syllabe.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|