“La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.” Baruch Spinoza

L'Humeur
  • Rêves divers
  • 14 avril 2016,
    par Guy Cure
  • C’est un mouvement de fond que le gouvernement a révélé avec la loi-travail, quels que soient ses développements et son issue. Les manifestants soutenus par une majorité de l’opinion publique rejettent un système économique fauteur d’inégalités et de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Avril > N1386 > L’avenir sera poétique...

CULTURE

L’avenir sera poétique...

jeudi 14 avril 2016 , 425 : visites , par Jean Lefevre

Jean-Pierre Siméon, invité de l’Université Populaire de l’Aube, le 5 avril dernier, a terminé sa conférence sous une ovation.
Le sujet semblait élitiste : la poésie sauvera le monde. Mais l’auditorium de la Maison du Patrimoine de Saint-Julien était comble. Deux comédiennes, Catherine Lefèvre et Marie-Hélène Aïn, avaient accueilli l’orateur en lisant deux de ses poèmes, deux petits bijoux, deux petits cailloux jetés au corps et à l’esprit de chacun d’entre nous. Des petits cailloux, Jean-Pierre Siméon en a semés beaucoup de semblables. C’est un Petit Poucet rêveur qui veut retrouver le chemin de nos tumultes anciens. Un poète, c’est un bouilleur de cru qui distille la sagesse du monde.
J.-P. Siméon a d’abord regretté l’absence totale de la poésie dans les media. « Elle est tenue en piètre considération », dit-il, puis il a fait un sort aux idées fausses et ridicules qui courent sur la poésie : elle n’est pas un exercice charmant et sentimental, doux et agréable, non, la poésie parle de la vie, de la mort, de l’oppression, du combat, toutes choses fondamentales.
La poésie ne se reconnaît pas non plus à la rime, à la belle langue que savent torcher les rimailleurs. Elle n’est surtout pas non plus une façon de fuir le réel. On ne se réfugie pas dans le rêve. Non, le poème est une façon d’habiter le monde, de repenser le devenir humain et de contester les valeurs négatives qui le gouvernent  : le pouvoir, le paraître, l’avoir. J.-P. Siméon explique longuement que nous devons nous arrêter pour regarder et ressentir le monde. Tout poème demande à être intensément vivant dans la relation sociale. Nous ne prenons plus le temps de savourer ce qui nous entoure, dit-il encore.
« Le poète est seul capable de donner aux mots ce que le mot ne dit pas ». Le dictionnaire est une plaisanterie car le langage courant ne nous dit que ce qu’on sait déjà. Le poète veut communiquer l’insaisissable. On a donc besoin de lui pour extraire du sens dans une société qui est opaque et anesthésiée par un excès d’égoïsme et de calcul. Comment s’y prend le poète ? Il fait ef fraction dans la langue, le rythme, la syntaxe, le vocabulaire. Ceci demande à l’auditeur ou au lecteur une écoute particulière, un temps d’écoute : « on ne peut comprendre que dans la lenteur. » S’arrêter, reprendre haleine, c’est la grande question de ce siècle abrutissant et J.-P. Siméon de se mettre aussi en colère contre l’hystérie de l’info répétée en boucle (et même en “face-boucle”), l’info qui n’a aucune hiérarchie puisque tout se vaut, tout se vend et nous conduit dans les seules voies du divertissement et de la distraction.
On a bien compris que le vrai poète doit être la mauvaise conscience de son époque face à l’essor fulgurant de toutes les technologies, la multiplication des écrans qui s’interposent entre le monde et nous. Face encore à ce qui se dit « sérieux », les enjeux économiques et financiers dont on connaît les nuisances. Alors, dit Siméon : « changeons de sérieux ». L’avenir sera poétique ou ne sera pas, conclut-il.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|