“Les révolutions ne s’exportent pas, elles surgissent des conditions d’exploitation que les gouvernements [...] exercent contre les peuples.” Che Guevara

L'Humeur
  • L’UPOP trace le sillon
  • 7 avril 2016,
    par Malicette
  • Bernard Friot propose un salaire à vie pour tous. C’est une idée neuve… si on veut, car les fonctionnaires bénéficient déjà de cette disposition. C’est le « pour tous » qui pose problème. Un salaire pour tous, reconnu comme un droit universel, comme (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Avril > N1385 > L’UPOP trace le sillon

L’UPOP trace le sillon

jeudi 7 avril 2016 , 91 : visites , par Malicette

Bernard Friot propose un salaire à vie pour tous. C’est une idée neuve… si on veut, car les fonctionnaires bénéficient déjà de cette disposition. C’est le « pour tous » qui pose problème. Un salaire pour tous, reconnu comme un droit universel, comme autrefois la Sécu ou les retraites et tout ce qui fut alors conquis. C’était une époque où les communistes tenaient le haut du pavé.
Ce souvenir a dû tourmenter un blogueur romillon qui a vu aussitôt dans l’idée de Friot un danger majeur pour notre société. Friot, dynamiteur de nos institutions, voilà ce qui nous pend au nez, pense le blogueur qui évoque alors Marx, Lénine, Staline et Mao dans un délire verbal digne de la guerre froide.
Le plus amusant, c’est que ce blogueur est socialiste et fonctionnaire, qu’il a donc un salaire à vie et une sensibilité sociale, je n’en doute pas. Pourquoi serait-il contre le salaire à vie pour les autres ? Par jalousie  ? Je ne crois pas. Plutôt par fidélité pour la société dans laquelle il vit, avantages compris. Avantages conquis faut-il le rappeler ! Dans cette société, c’est la concurrence, libre et non faussée, la « saine » compétition entre les travailleurs et les patrons, loups et agneaux autour d’une table à négocier et Macron menant les débats. On peut penser ça quand on n’est pas chômeur, en état de mort sociale.
La veille, l’UPOPAube avait invité Jean-Pierre Siméon qui expliqua comment il fallait remettre la société dans le bon sillon d’une langue française riche, facétieuse et rebelle. Friot disait la même chose mais dans le concret des luttes à mener. Tracer le grand sillon émancipateur, le macro-sillon. En évitant bien sûr le Macron-sillon.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|