“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • Vers le XIXème siècle
  • 10 mars 2016,
    par Malicette
  • Bernard Pharisien racontait qu’Auguste Renoir, à la fin de sa vie, n’aimait plus que le vin d’Essoyes, un vin pas terrible, mais un vin de proximité ! Son fils aîné, Pierre, l’artiste dramatique, notait qu’il s’agissait d’un vin « tiré d’un sol où les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2016 > Mars > N1381 > Vers le XIXème siècle

Vers le XIXème siècle

jeudi 10 mars 2016 , 68 : visites , par Malicette

Bernard Pharisien racontait qu’Auguste Renoir, à la fin de sa vie, n’aimait plus que le vin d’Essoyes, un vin pas terrible, mais un vin de proximité ! Son fils aîné, Pierre, l’artiste dramatique, notait qu’il s’agissait d’un vin « tiré d’un sol où les cailloux sont abondants et la terre rare ». Il en tirait une règle qui n’était bonne que pour le peintre devant son chevalet : “Tâcher de créer de la richesse avec de petits moyens”. Après guerre, Pierre fut président de la Fédération nationale du spectacle aux côtés de Gérard Philipe et de la CGT.
Élargie au monde du travail, la maxime n’a rien de syndical car gouvernement et patronat l’appliquent abondamment. C’est une idée jolie en apparence puisqu’elle sollicite l’imagination quand les moyens manquent. C’est bon pour les prisonniers en cavale et en slip ou pour l’aviateur tombé dans le désert à mille milles de toute terre habitée. Mais ça ne peut satisfaire ni les intermittents du spectacle à qui on retire beaucoup de moyens d’exister ni l’ensemble de ceux qui auront le nouveau code du travail comme une épée de Damoclès au-dessus de leur métier. Travail accéléré, densifié, allongé, les congés au bon vouloir du boss, des licenciements accélérés, la flexibilité et la précarité partout. Nous voilà revenus au XIXème siècle, du temps de Renoir et de Zola.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|