“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Obsédés
  • 5 février 2016,
    par Guy Cure
  • La visite du président iranien Rohani à Rome a sucité bien des réactions ; d’étonnement, de désapprobation, de pitié. Il a donc fallu dissimuler les statues nues du musée du Capitole lors de la visite présidentielle. Il parait que même les attributs du (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Les petits ruisseaux...
  • 5 février 2016,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La réforme des aides au logement, décidée par le gouvernement, est entrée en vigueur le 1er janvier. Objectif : « économiser » 225 millions d’euros (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • DEUX POIDS, DEUX MESURES
  • vendredi 5 février 2016
  • Le chantage au “Brexit”, ça marche. Les institutions européennes cèdent. Le contraste est accablant pour les institutions européennes. Quand la Grèce (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Février > N1376 > Du vrai tango avec le quatuor Packo

Culture

Du vrai tango avec le quatuor Packo

vendredi 5 février 2016 , 419 : visites , par Jean Lefevre

Fabien Packo a du tango dans le sang. Il vient de constituer le quatuor de ses rêves pour pouvoir jouer toute la littérature sudaméricaine du tango.
Dans cette aventure, le roi, c’est le bandonéon, sorte de chenille à deux têtes qu’on caresse à deux mains. Magicien, il sort de sa boîte des Argentins en vestons noirs et des filles chaloupées aux longues jambes de faon. Tout cela naît du tango, une musique étonnante, élastique comme du bon jazz, nomade, multicolore, séductrice et d’une grande noblesse. On sait pourtant qu’elle vient du peuple. Le tango, ou tambo, c’était l’endroit où l’on parquait les esclaves. Mais le bourgeois, toujours voleur, s’est emparé du tango pour s’encanailler. Fabien Packo lui a redonné science et fierté. Il a retravaillé les classiques, apporté le vent frais de Piazzola, un vent parfois sauvage, il a ressorti des pépites anciennes qu’on écoute oreilles et âme bées.
La naissance a eu lieu à Larrivage (rue Larivey) où tout arrive, même le tango avec une peuplade de danseurs qui a fait merveille, même quand le quatuor se permettait des musiques à doubles croche-pieds. Pour ce concert, Fabien Packo a su s’entourer des meilleurs musiciens du moment, le violon de luxe d’Emmanuelle Touly, si pénétrant, si humain, le piano athlétique de Nathalie Goliot (la Baronne) aux rythmes séducteurs et souples et la contrebasse aux hanches rondes de Pierre Colletti. Se colleter avec le tango, pas ronronner, car la basse, c’est le pilon, le pilier de la maison tango. Dans cette soirée milonga, le quatuor Packo, en état tango avancé, a su redonner sa superbe à cette musique originelle, qui s’était perdue un temps dans le sarcophage du commercial et du musette. Elle retrouve ici sa liberté, son âme, son élégance et son humanité.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|