““Il faut porter haut nos valeurs de générosité, d’ouverture et de partage ; accueillir l’autre d’où qu’il vienne. Bref, faire honneur à l’idéal social de la France...” Arsène Tchakarian

L'Humeur
  • Sécurité... quand tu nous tiens
  • 17 décembre 2015,
    par Malicette
  • Les haches de guerre de Valls et consorts, c’est la sécurité et l’état d’urgence. On va y avoir droit jusqu’aux présidentielles car toute menace de tsunami fait se barricader le peuple qui oublie ses griefs contre les seigneurs là-haut planqués dans le (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Décembre > N1369 > 50 000 € pour les caméras, pas un centime pour les familles !

Saint-André-les-Vergers

50 000 € pour les caméras, pas un centime pour les familles !

jeudi 17 décembre 2015 , 589 : visites

Au lendemain des élections régionales, les décisions prises par le Conseil municipal de Saint-André-les-Vergers caractér isent bien les choix politiques actuellement dominants dans notre pays.
Décision a été prise d’installer cinq caméras de vidéo protection. Bien que St-André soit une commune relativement épargnée par la délinquance, dixit le rapport, “quelques incivilités sont constatées”, il a été décidé de réponde positivement à ce qui correspond, d’après le maire, à une demande de la population. L’opposition, par la voix de Jean-Pierre Cornevin, s’est interrogée sur une telle opération qui va coûter 50 000 euros au contribuable (sans compter la maintenance) avec une efficacité qui reste à démontrer. L’élu communiste a expliqué que c’est au nom du développement de la vidéo surveillance, décidée par le gouvernement Sarkozy que l’on réduit les effectifs de police. 12 000 poste de policiers et de gendarmes ont été supprimé dans le cadre de la RGPP (réforme générale des politiques publiques) depuis 2007. La démonstration peut être faite également à Saint-André-les- Vergers ou le poste de police, qui devait être installé dans un quartier, ne l’a pas été et, dernièrement, la majorité municipale a diminué d’un agent l’effectif de policiers municipaux. Le développement d’une police de proximité qui a une action démontrée sur la prévention de la délinquance reste pour l’opposition le meilleur choix.
Le rapport suivant proposait d’augmenter les tarifs de l’accueil de loisirs primaire et maternel du fait d’une modification en profondeur du dispositif d’aide de la CAF. Pas de notre fait, c’est défendu le maire, Alain Balland. Dont acte lui a rétorqué Jean-Pierre Cornevin, mais, a-t-il poursuivi, “vous aviez là, l’occasion de tenir compte de ce qui s’est exprimé aux élections régionales, du sentiment de ne pas être entendu par rapport aux difficultés de la vie quotidienne. Je connais beaucoup de jeunes parents salariés, qui ne peuvent plus mettre leur enfant en centre de loisir tellement que le prix est dissuasif. Et là, vous nous proposez une augmentation de près de 6% pour un couple au smic. Ce n’est pas sérieux !” “Pourquoi avoir répondu positivement aux demandes sécuritaires de votre électorat en y injectant 50 000 euros du budget municipal et ignorer les difficultés sociales que rencontrent un nombre croissant de familles dryates ? Voilà une politique parfaitement injuste”, a conclu le conseiller municipal communiste, avant de voter contre avec toute l’opposition de gauche. L’extrême droite qui, sans surprise, a voté pour l’installation des caméras, a voté également avec la droite l’augmentation des tarifs de l’accueil loisir.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|