“Ils n’ont pas senti la souffrance : ils ont créé le chaos, ils ont laissé tout rafler à ceux qui étaient les plus forts économiquement. Antonio GRAMSCI.

Accueil > Archives > National > Election > Pour des débats contradictoires entre candidats

Pour des débats contradictoires entre candidats

Déclaration du Conseil national du PCF

vendredi 2 mars 2007 , 2428 : visites

Le Conseil national du Parti communiste Français a examiné les conditions dans lesquelles les grands média rendent compte de la campagne présidentielle.

Il constate le traitement inégal des candidates et des candidats dans leur temps de parole et dans le suivi de leur campagne ; la poursuite d’une information des citoyennes et des citoyens marquée par la bipolarisation de la vie politique au profit des candidats de l’UMP et du Parti Socialiste malgré le rappel à l’ordre du CSA sur cette question ; l’organisation d’émissions de communication sans contradicteurs, réservées à quatre candidats répondant à des panels de citoyens sans réel droit de poursuite après qu’il a été " répondu " à leur question et le recours continuel à des sondages d’opinions dont la publication rigoureuse devrait au moins se faire en terme de fourchette, ce qui modifierait la perception qu’en aurait le public et respecterait mieux leur caractère indicatif.

Cette situation accroît la fracture déjà forte entre nos concitoyen-ne-s et l’information dans notre pays. Plusieurs sondages témoignent de ce mécontentement, les personnes interrogées expriment massivement que " les débats sont de mauvaise qualité ", que " les critiques personnelles occupent trop de place ", que " les vrais problèmes ne sont pas abordés ", que " la campagne n’apprend rien ".

Des journalistes de l’audiovisuel public viennent de lancer une pétition sur ces questions qui attire l’attention de leurs directions de rédaction sur la véritable fracture démocratique qui en résulte considérant celle-ci comme préjudiciable à notre pays et aux média eux-mêmes.

Les grands moyens de communication de l’audiovisuel public et privé ont une responsabilité qui consiste à donner à l’ensemble de nos concitoyens et de nos concitoyennes tous les éléments d’information qui concourent à une information réellement pluraliste qui respecte la diversité des courants d’opinions concourant à la démocratie. De ce point de vue, la façon dont est traitée Marie-George Buffet candidate de la Gauche populaire et antilibérale, qui appartient à un parti disposant d’un groupe dans les assemblées parlementaires, des milliers d’élu-e-s dans tout le pays dont certains dirigent des collectivités territoriales et qui a participé à plusieurs gouvernement de la France est particulièrement choquante.

Au-delà du bipartisme déjà évoqué, le fait de privilégier quatre candidats dont deux représentent la droite, un l’extrême droite et une seule la gauche est tout aussi insupportable au regard de la démocratie. Chacun sait que la gauche est historiquement diverse.

C’est pourquoi nous nous portons tout d’abord, collectivement, signataires de la pétition lancée par les journalistes de l’audiovisuel public qui réclame des débats entre les différents candidats, non seulement entre ceux de droite et ceux de gauche, mais aussi internes à la gauche et à la droite. Comme eux, nous sommes convaincus que les projets de société doivent-être confrontés pour que les citoyens se forgent leur opinion. Il n’est pas concevable que des candidats se réclamant de la démocratie républicaine puissent décider de fuir de tels débats. Nous décidons de nous adresser au CSA pour qu’il invite les chaînes d’information à organiser de tels débats. Nous confirmons notre demande déjà formulée aux chaines publiques et privées de l’audio visuel ; nous leur demandons de passer outre l’éventuel refus de certains candidats en les invitant malgré tout à des émissions permettant la confrontation entre candidats sur leurs projets.

Nous souhaitons un véritable débat public et populaire à l’occasion de cette élection présidentielle, nous invitons l’ensemble de nos concitoyens à l’exiger avec nous.

Paris le 26 Février 2007

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N910

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|