“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • J’ai la rage
  • 22 octobre 2015,
    par Malicette
  • T’as vu qu’ils vont encore nous rajouter un an pour la retraite ? Et le montant va baisser. Et, subtile manoeuvre, le gouvernement sera tenu d’entériner. C’est du grand art ! Pour réussir ce beau coup, il a besoin de syndicats complices. Complices (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Lune artificielle
  • 22 octobre 2015,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Par les temps qui courent, le gouvernement ne fait pas sa mijaurée lorsque lui arrive un nouveau soutien. C’est l’UDE, union des démocrates et des (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Octobre > N1361 > J’ai la rage

J’ai la rage

jeudi 22 octobre 2015 , 78 : visites , par Malicette

T’as vu qu’ils vont encore nous rajouter un an pour la retraite ? Et le montant va baisser. Et, subtile manoeuvre, le gouvernement sera tenu d’entériner. C’est du grand art ! Pour réussir ce beau coup, il a besoin de syndicats complices. Complices mais honnêtes. Honnêtes par ignorance car ils croient sincèrement qu’il faut se serrer la ceinture. Alors ils acceptent tout. Ils acceptent le détricotage des « conquis », ces fameux « acquis » qui ne le sont jamais, acquis. Ils acceptent que la balance de l’égalité ne soit jamais en équilibre et que le plateau de la lutte des classes penche du côté du plus fort. Le plus fort, c’est le patron. Bientôt n’y aura plus qu’un plateau. Celui du patron. Comme du temps des rois.
Les femmes, chez Sodimédical, elles y ont cru elles aussi. Quand le voyou allemand est allé se faire voir en Chine, il a fait place nette. Elles se sont aperçues de leur servitude quand il a fallu payer les traites. Leur maison appartenait à la banque. Le gentil banquier les a jetées à la rue. Mais libres. Libres d’aller se faire pendre ailleurs. Comment voulez-vous qu’elles voyagent, elles sont raides comme un passe-lacet. Les voilà assignées à résidence. Y a que le fric qui traverse les frontières de nos jours.
Leur reste la voix pour crier, la plume pour écrire, tout ça à cause de cette fameuse liberté de conscience. Depuis 89, on peut dire ce qu’on pense… Mais si tu n’as pas la thune, tu n’as ni journal à toi, ni radio, t’as que la liberté de parler à ton chien. Tu mesures dans ton porte-monnaie le degré de ton infortune… Te reste la rage. Et mille rages réunies, ça peut faire un beau défilé.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|