“Ils n’ont pas senti la souffrance : ils ont créé le chaos, ils ont laissé tout rafler à ceux qui étaient les plus forts économiquement. Antonio GRAMSCI.

L'Humeur
  • Va comprendre...
  • 17 septembre 2015,
    par Guy Cure
  • En Pologne, la vie est sacrée ; la preuve : l’avortement est interdit. Les Polonaises qui ont les moyens vont à l’étranger ; il reste aux pauvres le maniement risqué des aiguilles à tricoter. Mais la mort des réfugiés, même chrétiens, laisse (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Cruauté bestiale
  • 17 septembre 2015,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Les observations de la science qui étudie le compor tement animal, l’éthologie, nous ont amplement montré l’ineptie de notre vision du monde animal. (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Septembre > N1356 > Debout nous sommes, debout nous resterons

Fête de l’Humanité

Debout nous sommes, debout nous resterons

jeudi 17 septembre 2015 , 253 : visites , par LDA

Solidarité avec les migrants, besoin d’amplifier le rapport de force anti-austéritaire en Europe, risposte aux attaques contre le Code du travail... Le secrétaire national du PCF a lancé un appel au rassemblement de toutes les forces anti-austérité.

Notre terre était aussi au coeur des préoccupations à moins de trois mois de la conférence internationale sur le climat (COP21).

80 ans et toutes ses dents ! La fête de l’Humanité n’a pas dérogé, cette année encore, à sa vocation d’immense fête populaire. Les médias, aussi pingres qu’idéologiquement bornés, n’ont cru y voir que scènes de divorces, au Front de gauche où sur la Grèce, alors qu’un immense choeur de plus de 500 000 voix appelait des quatre coins de la fête à se rassembler. Ont-ils, ces médias borgnes, évoqué le formidable élan de solidarité, avec les migrants, les peuples grec, kurde ou palestinien ? Non assurément, car en dépit de la dureté des coups portés, on ne dort pas serein dans certains milieux.

Dernière preuve d’amour
« Le vent de l’histoire est en train de tourner en Europe », a lancé Pierre Laurent dans son intervention. Il y a eu, ce week-end, l’élection à la tête du Parti travailliste anglais de Jeremy Corbyn et le succès, moins médiatisé mais tout aussi significatif, de Sadiq Khan, candidat le plus à gauche de cette formation à la primaire avant les élections municipales de Londres en 2016. Oui, le vent de l’histoire soufflait à la fête autant qu’il souffle en Europe. Les rafales viennent d’Athènes, de Barcelone, Madrid, Dublin ou du land de Thüringe, gouvernés par des forces alternatives. Autant de points d’appuis. Pourtant, prévient le secrétaire national du PCF, « le combat contre la troïka et les forces de la finance exige plus que l’élection d’un gouvernement de gauche dans un seul pays. Il exige des mobilisations massives, une lutte des citoyens dans tous les pays, à tous les échelons, dans la durée. » Besoin d’amplifier le rapport de force anti-austéritaire en Europe, mais aussi riposte aux attaques contre le Code du travail, « dernière preuve d’amour [de Hollande/Valls, ndlr] pour le Medef », avec un rendez-vous le 8 octobre prochain dans la rue aux côtés des syndicats. Priorité aussi pour les communistes, mener une « nouvelle bataille du rail » pour défendre le service public du rail contre son démantèlement.

Y mettre toutes nos forces
Abordant les élections régionales des 6 et 13 décembre, Pierre Laurent a réaffirmé la conviction partagée des communistes d’éviter le « scénario catastrophe » : un grand chelem de la droite et de l’extrême droite qui est un « réel danger ». Le leader communiste a renouvelé son appel à toutes les forces du Front de gauche et à celles d’EELV, là où elles sont prêtes à faire listes communes, jugeant le moment arrivé de lancer « dans la bataille, sans attendre, de belles listes de la gauche anti-austéritaire, et en y mettant toutes nos forces. » Des forces immenses dans notre pays cherchent une autre voie pour éviter le piège dans lequel on veut les enfermer. Et ce n’est pas un hasard si Jean- Christophe Cambadélis a attendu le lendemain de la fête pour dévoiler sa fumisterie tacticienne d’un appel à une union de la gauche, sous forme d’un ultimatum selon lequel il faudrait s’aligner derrière le PS sans que soit envisagée la moindre remise en cause de la politique du gouvernement. La fête de l’Humanité a permis de cristalliser les débats d’une “gauche alternative” qui ne baisse pas les bras malgré l’ampleur des coups de l’offensive libérale. Une gauche qui cherche et se cherche, qui « parle d’égalité, de fraternité, de liberté, de justice sociale, [...] paix et internationalisme, [qui] construit l’espoir sans jamais se décourager », cela dérange mais, a conclu P. Laurent, « debout nous sommes, debout nous resterons ! »


“Le temps est venu d’amplifier toutes nos batailles contre l’austérité et la déréglementation sociale.”


 

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|