« Le néolibéralisme est mort mais ils ne le savent pas. » Roland Gori

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > Marie-George Buffet s’adresse aux salariés de Cycleurope :“ préserver les (...)

Marie-George Buffet s’adresse aux salariés de Cycleurope :“ préserver les emplois, sauver nos usines ! ”

vendredi 16 février 2007 , 1978 : visites

Je tiens à vous adresser mon total soutien dans le combat que vous avez engagé, aux côtés de vos élus, pour préserver les 141 emplois menacés à Cycleurope et maintenir une activité industrielle forte à Romilly-sur-Seine.

Cet énième plan de suppressions d’emplois est injustifiable.

Il est injustifiable parce que le marché du vélo reste en France extrêmement dynamique. La qualité des vélos que vous produisez devrait permettre, à elle seule, de résister à toute forme de concurrence. Et si tel n’est pas le cas, c’est bien parce que vos actionnaires ou les donneurs d’ordre de Cycleurope, comme Renault, font le choix de délocaliser dans l’unique but d’accroître leurs profits et dividendes.

Il est injustifiable parce que depuis des années, par votre travail, vous n’avez cessé de développer cette entreprise. Et la seule réponse à tous ces efforts, à tout ce dévouement, ce serait le chômage ? Vous avez construit cette usine. Ils n’ont pas le droit de la fermer pour en retirer juste de l’argent. Il est injustifiable parce que notre pays a besoin d’une industrie forte, riche en emplois, tournée vers l’avenir et respectueuse de l’environnement. Et cette industrie, toute la richesse de notre pays, les financiers l’assassinent !

Alors il faut bien agir !

Votre lutte peut contribuer à sauver les entreprises des griffes des financiers et donc à y imposer d’autres choix de gestion !

Mais la réponse à toutes ces luttes sera d’abord politique !

Pour relayer tous vos combats, je propose de relancer une véritable politique industrielle dans notre pays. C’est possible.

Pour cela, comme vous le demandez, l’Union européenne doit d’abord s’engager à maintenir ses dispositifs anti-dumping au-delà de 2010, et plus généralement, elle doit s’engager contre toutes les politiques favorisant, en Europe, la mise en concurrence entre les peuples.

Je considère vital de donner, dans les entreprises, de réels pouvoirs d’intervention aux seules personnes qui restent intéressés au développement de l’emploi, les salariés et les élus. Je propose, par exemple, de donner un droit de veto aux salariés menacés de délocalisations. Je m’engage également, plutôt que de laisser les financiers détruire notre industrie à petit feu, à donner à l’Etat et aux collectivités territoriales les moyens d’orienter ces sommes considérables qui circulent sur les marchés financiers vers l’emploi, la recherche et le développement de l’économie. C’est le sens de mes propositions pour créer un "pôle financier public", une banque qui puisse financer tous les projets socialement utiles, mais aussi pour inventer une fiscalité intelligente, suffisamment incitative pour favoriser l’emploi et dissuader cette course aux profits !

Ces quelques propositions, parmi d’autres, montrent d’abord une chose. Il n’est pas de fatalité au chômage et aux délocalisations. Des propositions existent pour transformer vos exigences en politiques !

C’est cet espoir de changement que je veux porter pour cette élection présidentielle.

Marie-george Buffet

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N908

La manifestation du 17 févier en soutien aux salariés de cycleurope


Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|