“Lorsqu’un homme assiste sans broncher à une injustice, les étoiles déraillent.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • LA PREUVE PAR LE COCHON
  • 27 août 2015,
    par Guy Cure
  • Au départ, il y a une préoccupation généreuse : produire plus pour nourrir une humanité de plus en plus nombreuse. Il y a aussi une préoccupation sordide : faire du fric en profitant des besoins en nourriture d’une humanité de plus en plus nombreuse. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • L’église fait problème
  • 27 août 2015
  • L’église fait problème Dans la commune de Bercenay-en-Othe, pour améliorer l’image de l’église restaurée, le maire voudrait abattre 52 tilleuls et (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2015 > Août > N1353 > LA PREUVE PAR LE COCHON

LA PREUVE PAR LE COCHON

jeudi 27 août 2015 , 86 : visites , par Guy Cure

Au départ, il y a une préoccupation généreuse : produire plus pour nourrir une humanité de plus en plus nombreuse. Il y a aussi une préoccupation sordide : faire du fric en profitant des besoins en nourriture d’une humanité de plus en plus nombreuse. Pendant un temps, le capitalisme a concilié les deux objectifs.
Puis la libre concurrence a rempli son office : rentabilité, concentration, animaux chosifiés dans des usines à viande. Le capitalisme a atteint ses limites. Il les dépasse largement : qualité de la viande en baisse, pollution des eaux en hausse, et ruine de ceux qui ont très souvent voté pour poursuivre et renforcer les règles de la production et du commerce mondialisés.
Les producteurs en dif ficulté font appel à l’État pour les aider à survivre. Ce qui serait plus facile si Hollande n’avait pas ratif ié le t raité européen préparé par Sarkozy et Merkel. Et comme si Macron était là pour limiter le pouvoir des grands groupes de l’agroalimentaire et du commerce !
Peut-être aurait-il fallu que ceux qui coif faient des bonnets rouges proposent de limiter les impor tations à bord de camions qui encombrent les routes et dégagent des gaz à ef fet de serre. Vivre de son travail, nourrir l’humanité, limiter la pollution  ; du cochon au climat, tout se tient.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|