“Lorsqu’un homme assiste sans broncher à une injustice, les étoiles déraillent.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Victimes
  • 16 août 2015,
    par Guy Cure
  • La notion de patrimoine est récente. Pendant des générations, on a jeté pour remplacer par du « moderne ». Le mobilier et le décor des demeures et des églises ont subi le même sor t que l’af freux buf fet en chêne sculpté remplacé par le superbe living en (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Front kultur
  • 16 août 2015,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • David Rachline est maire FN de Fréjus et sénateur du Var depuis 2014. Décrit comme un “jeune loup” (brun ?) de l’écurie Le Pen-La f ille, il (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • PAS DE BOL
  • dimanche 16 août 2015
  • Google a annoncé changer son nom en Alphabet. L’annonce a fait du bruit dans Landerneau. C’était un peu fait pour. Google quitte les mathématiques (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Août > N1351 > Front kultur

Front kultur

dimanche 16 août 2015 , 52 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

David Rachline est maire FN de Fréjus et sénateur du Var depuis 2014. Décrit comme un “jeune loup” (brun ?) de l’écurie Le Pen-La f ille, il s’auto-qualif ie de « modéré ». Mais chassez le naturel, il revient au galop. Rachline vient de relooker le STO.
Une quinzaine d’ar tistes et d’ar tisans d’ar t occupaient des locaux à des prix avantageux. Ceci permet en par ticulier à Fréjus d’arborer le label de Ville d’Ar t et d’Histoire. Désormais, en contrepar tie de cette modulation des loyers, le maire veut les contraindre à s’occuper bénévolement d’élèves dans le cadre de l’aménagement des rythmes scolaires. Mieux, les locaux des ar tistes seraient réquisitionnés pour y réaliser ces activités périscolaires. « Il y a un minimum de retour [...]. Soit cela se passe bien et tout le monde est d’accord pour par ticiper, soit je mets un terme à cette histoire », a déclaré Rachline qui a derechef modif ié les conventions d’occupation des locaux.
Fin 2013, dans un article intitulé « un écrin pour de la merde », le directeur de campagne de la liste FN aux municipales à Reims, membre de l’organisation catholique intégriste Civitas, Jean- Claude Philipot, attaquait le Fonds régional d’ar t contemporain de Champagne-Ardenne (FRAC), dans le cadre de la « croisade du par ti » pour bouter hors des musées et théâtres ceux que Gollnisch a depuis longtemps qualif iés de « mafia des cultureux  ». Aussitôt élu à Beaucaire (Gard), le maire FN a baissé la subvention du centre culturel. Il est actuellement poursuivi pour avoir comparé des enseignants à des « racailles ». Rober t Ménard, maire de Béziers, a supprimé le poste de directeur des théâtres et de la culture de la ville.
En vue de la présidentielle, les frontistes viennent de créer le Clic. Ce Collectif culture, liber tés (un pluriel bien singulier !) et création, est parrainé par Brigitte Bardot pour qui, dit-elle, dans un message daté du 2 juin dernier, « il est urgent de rendre à la culture la place qu’elle n’aurait jamais dû quitter. » Une place, qu’au FN, on voit entourée de barbelés et de miradors.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|