“Si l’argent, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête.” Karl MARX

L'Humeur
  • Pauvre François
  • 29 juillet 2015,
    par Guy Cure
  • Le voyage en Amérique latine du pape François et l’encyclique Laudato si confirment un changement de priorités dans l’activité du Vatican. Un pape qui témoigne d’une vraie sollicitude pour les humbles : voilà qui change et qui surprend. Après Jean-Paul (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • C’est ça la gauche ?
  • 29 juillet 2015
  • Le président du Parti radical de gauche (PRG) est meilleur expert en business qu’en politique. Les radicaux de gauche vivotent, accessoirement - et (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Juillet > N1349 > Nous n’avons pas les mêmes valeurs

Une plage publique fermée pour cause... de baignade royale !

Nous n’avons pas les mêmes valeurs

mercredi 29 juillet 2015 , 330 : visites , par Rémi

La France de la Révolution veut vendre des armes. Le pétromonarque saoudien obtient la fermeture d’une plage publique pour y faire trempette. L’argent-roi pourrit les valeurs de la République.
Le gouvernement aurait-il la solution pour inverser une courbe du chômage qui, en juin et malgré les tripotages dans le classement des privés d’emplois, reste en berne ? Selon le ministre de la défense, les ventes d’armes auraient permis la création de 30 000 emplois en 2015. La France, 3ème pays exportateur d’armes dans le monde et l’Arabie Saoudite, première acheteuse, avec 6,4 milliards de dollars en 2014 et une prévision d’atteindre les 9,8 milliards cette année, sont destinées à s’acoquiner. « D’habiles manoeuvres diplomatiques », ont donc été mises en oeuvre au sommet de l’état pour, nous dit fort irrévérencieusement France 24, « profiter de cette vache à lait ». La vache à lait, en l’occurrence le citoyen Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud, roi d’Arabie Saoudite, est en France depuis la semaine dernière pour une visite “privée”. Sa Bassesse ne voyage pas léger : 1 000 personnes, dont 700 de sa suite, l’accompagnent et ont pris leurs quartiers d’été dans une villa de Vallauris, ayant par le passé appartenu à l’Aga Khan. La venue du pétromonarque a suscité de fort délicates attentions en haut lieu, puisque la plage publique au pied de la résidence-forteresse a été interdite, « pour raisons de sécurité  », afin que le potentat puisse barboter en toute sérénité. Un prétexte, pour les 120 000 signataires d’une pétition contre la fermeture “temporaire” de cet espace littoral public. De surcroît, le citoyen Salmane avait cru bon, sans aucune autorisation, de se faire construire un ascenceur privatif pour accéder à la baignade sans ramasser plein de sable dans ses espadrilles. La venue de l’autocrate a fait les gros titres. Peu d’écho, par contre, sur les nombreuses initiatives organisées, en juillet et août, par des mairies communistes, des fédérations et même des sections du PCF. Depuis de nombreuses années, aller « une journée à la mer » est devenu un rendez-vous estival incontournable pour beaucoup de familles modestes. Et le succès de ces multiples initiatives est la preuve qu’il existe une réelle attente - pour ne pas dire un besoin - en réponse à laquelle les communistes, élus et militants, ont décidé de s’investir. Tous les ans, des milliers d’enfants et d’adultes privés de vacances, prennent, au moins le temps d’une journée, le chemin de la mer. C’est autant un moment de solidarité qu’un espace de convivialité où les uns et les autres se découvrent. à Vallauris, l’argent-roi dicte ses volontés au point que la République, sur son propre sol, doit reculer en courbettes pour complaire à un roi argenté d’un territoire où règnent par ses soins le despotisme, l’obscurantisme, le fanatisme, la discrimination et l’intolérance. Le pays des droits de l’Homme et de la loi de juillet 1793 abolissant les privilèges, ne sort pas grandi de telles accointances mercantiles. “Le marché ” est amoral. Davantage encore l’est celui des engins de mort. Nous n’avons pas les mêmes valeurs.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1349

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|