“Nous n’attendrons ni une semaine, ni trois jours, ni même une heure pour le répéter solennellement : nous ne subirons pas la loi de la spéculation internationale.” Léon Blum (mai 1935)

Ecoutez-voir
  • Morts anonymes
  • 9 juillet 2015,
    par Malicette
  • Autrefois, on enterrait nos défunts avec beaucoup de précautions et de référence. On arrêtait la pendule, on crêpait les miroirs. La voisine faisait la (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Juillet > N1346 > Morts anonymes

Morts anonymes

jeudi 9 juillet 2015 , 81 : visites , par Malicette

Autrefois, on enterrait nos défunts avec beaucoup de précautions et de référence. On arrêtait la pendule, on crêpait les miroirs. La voisine faisait la toilette du mort. On lui mettait ses plus beaux habits. On envoyait un annonceur cogner aux portes et prévenir partout de l’heure de l’enterrement. Certes, les riches étaient mieux enterrés que les pauvres et l’église of frait plusieurs services. C’était le début du quotient familial !
Peu à peu, on a appris aux gens à cacher leurs morts. Les corbillards roulent au diesel et prennent de la vitesse. Il n’y a plus de discours, peut-être parce que plus d’orateurs. Peut-être parce qu’on ne sait plus aimer les gens. Les chrétiens conservent encore un cérémonial. Les laïques ne devraient-ils pas revenir aux éloges funèbres d’antan pour fêter leur mort et exiger l’utilisation des églises entretenues par les communes ?
Hier encore, on indiquait sur le journal l’adresse du mort. On pouvait y reconnaître un ami, la maison où il a vécu, son environnement. Tout cela est terminé, ce sont les entreprises funéraires qui s’occupent de tout : insertion signée de l’adresse de l’entreprise, payée toutefois par la famille ! Système qui efface aussi un peu plus l’existence terrestre du défunt. La société marchande aseptise et se débar rasse vite fait des cadavres. Le commerce continue un peu plus de phagocyter la vie pleine de richesse de mes amis. Je trouve cela choquant.

P.-S.

1346-du 10/07/2015

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|