“Les révolutions ne s’exportent pas, elles surgissent des conditions d’exploitation que les gouvernements [...] exercent contre les peuples.” Che Guevara

Dossier
  • Un appel à écrire la société de demain
    2 juillet 2015

    Un projet, une ambition, des objectifs, des mesures et un titre qui est déjà tout un programme en ces temps d’éparpillement, d’isolement, de société fracturée, tel est « La France en commun ». Ce texte est une invitation au débat. Il a été rédigé, après plusieurs mois de réflexion et de discussions, par le Comité national du Projet du Parti communiste et (...)

    Lire la suite
Le dessin

2 juillet 2015
L'Humeur
  • NOTES DE LECTURE
  • 2 juillet 2015,
    par Guy Cure
  • Un entretien avec Denis Crouzet à l’occasion de la sortie de son dernier livre est récemment paru dans l’Huma-dimanche. Heureuse initiative. Denis Crouzet est un historien qui a apporté un éclairage nouveau aux guerres de religions en France au XVIème (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Juillet > N1345 > Un appel à écrire la société de demain

Le PCF refonde son projet émancipateur

Un appel à écrire la société de demain

jeudi 2 juillet 2015 , 1870 : visites , par Rémi

Un projet, une ambition, des objectifs, des mesures et un titre qui est déjà tout un programme en ces temps d’éparpillement, d’isolement, de société fracturée, tel est « La France en commun ».

Ce texte est une invitation au débat. Il a été rédigé, après plusieurs mois de réflexion et de discussions, par le Comité national du Projet du Parti communiste et rendu public le 20 mai, lors du lancement d’une « convention nationale du projet » que le PCF tiendra au printemps 2016. Ce n’est pas un document exhaustif et encore moins définitif. C’est un point de départ et non un point d’arrivée. Les réflexions pour des nouveaux chemins d’émancipation, comme les chantiers d’action prioritaires ou les mesures d’urgence qu’il propose, sont ouverts à toutes les contributions et destinés à s’enrichir et se redéfinir tout au long des mois à venir.

Débattre en grand de la crise et des solutions est un des moyens de
bousculer le sentiment actuel de fatalisme et de débloquer la situation.

Projet du Parti communiste
Une invitation à faire du commun

“La France en commun” est la contribution que les communistes mettent en débat pour bousculer le sentiment d’impuissance et réouvrir le chemin de l’espoir à gauche.

Le dernier congrès du PS a majoritairement soutenu l’orientation libérale de la politique d’un gouvernement qui a indiqué son intention de poursuivre les « réformes ». Le choix, pour notre peuple, doit-il se résumer à une droite qui casse nos acquis sociaux à la hache ou à ceux qui le font avec des ciseaux à broder ?

Entre pire et moins bon
Ce choix, entre le pire incarné par l’extrême droite, le mauvais par la droite, et le moins bon par les sociaux-libéraux, n’en est pas un. Pourtant, tout est fait pour nous l’imposer... pour une bonne et simple raison : hormis le positionnement du curseur libéral, aucun d’entre eux ne remet en question l’ultralibéralisme et son totem, la finance. Pour les communistes, qui sont loin d’être les seuls à gauche, c’est une priorité de dire et de donner à voir que, si les dirigeants du Parti socialiste ont abandonné la gauche, nous n’y renonçons pas. Bien au contraire, nous appelons à relever le défi d’une gauche de courage et d’efficacité qui osera se colleter avec les marchés financiers et engager des politiques de développement humain. C’est l’objet de ce texte, « La France en commun ». Nous ne nous y éloignons pas pour autant des réalités, ni n’y tournons le dos aux urgences et attentes populaires, aux nombreuses difficultés que vivent nos concitoyens, et à leur rejet d’une « chose politique » qui n’offre qu’un même horizon plus ou moins chargé de nuages et de grisaille. à l’opposé, nous voulons éclairer d’autres voies possibles et montrer d’autres choix politiques, économiques, sociaux pour sortir le pays de l’ornière et des échecs. Texte conçu comme un outil, il ne donnera à voir que s’il est utilisé et perfectionné.

Se donner de la force
Les communistes l’ont pensé et réalisé pour servir le débat dans ses multiples facettes : citoyenne, bien sûr, avec le monde associatif et syndical, mais aussi avec les forces politiques de gauche. C’est une contribution pour réfléchir et avancer ensemble car nous avons la conviction, malgré l’idée reçue - imposée ? -, que les peuples peuvent influer sur les évènements. C’est bien ce qui obsède les chiens de [La]garde du système. Ils bavent, grognent et mordent jusqu’au sang les grecs et leur Premier ministre, rêvant au retour de quelques colonels factieux pour prendre les rênes de leur putsch économique. C’est un beau mot que celui de “commun”. L’Europe eut son marché du même nom, qui est devenu le tripot d’une concurrence libre et non faussée où une poignée d’oligarques raffle la mise en faisant sauter la banque. Pour changer les choses, nous avons la lucidité de penser que nous n’avons sûrement pas les solutions à toutes les questions et qu’il est donc nécessaire de travailler très largement pour rendre notre projet efficace et crédible. Conscients des urgences actuelles, les communistes aspirent à faire oeuvre utile et appellent à confronter analyses et hypothèses, à donner corps à des propositions, à affiner une visée progressiste et à se donner de la force. Redonner couleurs et sens à l’envie de changer, réouvrir les chemins de l’espoir à gauche, tout cela nous le ferons avec opiniâtrété et avec une furieuse envie de réussir.


Nous appelons à relever le défi d’une gauche de courage et
d’efficacité qui osera se colleter avec les marchés financiers
et engager des politiques de développement humain.


- Les femmes, les hommes, les potentialités et les forces existent pour ouvrir une autre voie que celle de l’enfoncement de la France, de l’Europe et du monde dans la crise sans fin où nous conduit le capitalisme mondialisé. gLes forces existent et elles sont nombreuses à gauche. Mais elles sont trop souvent isolées, étouffées, déstabilisées. Nous voulons les rassembler car, unies, elles sont l’avenir.
- Il y a dix ans, les Français avaient raison. Un grand nombre de forces ont dit “non” à l’Europe libérale en rejetant le traité constitutionnel européen. Ce vote a été bafoué.
- Mais la France du progrès, que d’aucuns souhaitent toujours faire taire, existe encore. Elle dénonce le pouvoir de la finance et connaît la valeur du travail qu’elle ne supporte pas de voir dévalorisé et précarisé. Elle comprend qu’un nouveau modèle productif doit être inventé. Elle sait que nous n’avons qu’un planète et que nous devons la protéger. Elle s’est levée, le 11 janvier, meurtrie pour défendre le vivre-ensemble et la liberté d’expression.
- Ces femmes et ces hommes qui font la France savent qu’elle n’est pas une entité figée mais se nourrit du brassage des cultures et des savoirs.

 

• Le texte “La France en commun” est une invitation au débat, un point de départ pour reconstruire la confiance et donner envie de s’engager dans ce travail collectif.
• c’est un appel à la mobilisation de toutes les intelligences, de toutes les volontés, pour se donner ensemble les moyens de surmonter les obstacles.
• La France du progrès existe ! elle doit aujourd’hui écrire son histoire en retrouvant le goût de l’action commune et du rassemblement.

 

Les communistes vont, dans les mois à venir, mobiliser toutes leurs forces pour développer le travail commun.

-> Notre projet, “La France en commun”, affirme haut et fort : “Non, il n’y a pas qu’un seul monde possible ! [...] Nous avons le choix, nous voulons écrire et vivre le nouveau !”. Aucun effort ne sera négligé pour dialoguer et construire avec toutes celles et tous ceux, qu’ils soient au sein du Front de gauche ou socialistes, écologistes, républicains, engagés ou non dans un parti et qui, comme les communistes, sont de plus en plus convaincus de l’impasse actuelle et des désastres où elle nous conduit inexorablement.
-> Nous, communistes, refusons le scénario qu’on veut nous imposer pour demain. Car le choix ne peut pas se résumer à la politique Hollande/Valls, à la droite ou au clan Le Pen. Dans la France de la Révolution de 1789, de Jaurès, de 1936, du Conseil National de la Résistance, de Mai 68, nous ne pouvons pas croire que nous aurions perdu toute perspective progressiste.

-> Notre projet n’est pas à prendre ou à laisser, il n’apporte pas de solutions clés-en-main mais des pistes de réflexion et d’approfondissement dans un débat que nous souhaitons le plus large et plus ouvert possible. Nous voulons construire une autre façon de faire de la politique et proposons de travailler ensemble à des solutions et à l’ouverture des chemins pour y parvenir.

-> Ouvrir une pespective de changements progressistes réels dans un processus d’avancées et de ruptures, travailler à transformer le monde et obtenir immédiatement des changements, c’est ce que nous nommons aussi “l’Humain d’abord”.

1 Augmentation de 15% du Smic sur 3 ans, fin du gel du point d’indice dans la fonction publique et augmentation des retraites de 15% sur trois ans dans la perspective d’un minimum de retraite au niveau du Smic.

2 Suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, suppression des niches fiscales spéculatives et doublement de l’impôt sur la fortune (ISF).

3 Interdiction des parachutes “dorés” et instauration d’un salaire maximum équivalent à 20 fois le salaire minimum dans l’entreprise.

4 Annulation de la baisse des dotations aux collectivités locales et moratoire sur les intérêts bancaires payés par les collectivités locales.

5 Remboursement à 100% des soins par la Sécurité sociale pour les jeunes de moins de 25 ans et pour les étudiants de moins de 30 ans.

6 Interdiction des coupures d’énergie et d’eau et des expulsions locatives pour cause de précarité tout au long de l’année ; instauration du gel provisoire des loyers avant la mise en place d’une nouvelle réforme du logement.

7 Renforcement immédiat des dispositifs contraignants pour l’égalité professionnelle femmes-hommes.

8 Nationalisation des autoroutes pour financer les infrastructures de transport et moratoire sur les plans de privatisation des entreprises publiques et services publics.

9 Encadrement des marges de la grande distribution.

10 Mise en oeuvre du droit de vote aux résidents étrangers aux élections locales.

11 Instauration d’un moratoire sur les fermetures de services publics et sur les fusions avec des structures privées.

12 Lutte contre le contrôle au faciès avec l’instauration d’un récépissé lors des contrôles d’identité.

13 Régularisation des travailleurs sans papier.

14 Dénonciation du pacte de stabilité, engagement de renégociation du traité budgétaire et des traités européens et déclaration de la France, zone hors Tafta.

15 Reconnaissance de la Palestine et engagement de la France pour l’organisation d’une conférence internationale sous l’égide de l’ONU pour la paix et le développement au Moyen-Orient.

Reconstruire une production nationale pour répondre aux besoins
Changer l’entreprise et revaloriser le travail - Mettre en oeuvre un système de sécurité d’emploi formation - Entreprendre une grande réforme de justice fiscale - Placer l’éthique au coeur de l’économie - Relever le défi écologique - Ouvrir un nouvel âge de la Sécurité sociale - S’engager avec force pour l’éducation et la jeunesse - Lancer un plan national pour le logement - Rendre ef fective l’égalité femmes/hommes - La culture au coeur du processus de transformation - Refonder la démocratie - Pour une République de la citoyenneté et de l’égalité - Transformer l’Europe - Agir pour un monde solidaire.
- le dévelopement de ces quinze chantiers sur internet : www.pcf.fr/lafranceencommun

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1345

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|