“Si l’argent, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête.” Karl MARX

Dossier
  • Un appel à écrire la société de demain
    2 juillet 2015

    Un projet, une ambition, des objectifs, des mesures et un titre qui est déjà tout un programme en ces temps d’éparpillement, d’isolement, de société fracturée, tel est « La France en commun ». Ce texte est une invitation au débat. Il a été rédigé, après plusieurs mois de réflexion et de discussions, par le Comité national du Projet du Parti communiste et (...)

    Lire la suite
Le dessin

2 juillet 2015
L'Humeur
  • NOTES DE LECTURE
  • 2 juillet 2015,
    par Guy Cure
  • Un entretien avec Denis Crouzet à l’occasion de la sortie de son dernier livre est récemment paru dans l’Huma-dimanche. Heureuse initiative. Denis Crouzet est un historien qui a apporté un éclairage nouveau aux guerres de religions en France au XVIème (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Juillet > N1345 > Tsipras se tourne vers le peuple

Grèce - Référendum

Tsipras se tourne vers le peuple

jeudi 2 juillet 2015 , 273 : visites , par Rémi

Que ne nous a-t-on pas dit sur la “folie” de Tsipras ! Tout le Gotha de l’Europe libérale et sociale-libérale s’acharne à faire échec à sa bête noire : la résistance des peuples à l’austérité et leur levée pour secouer son joug.

“Vox populi, vox dei” : la voix du peuple est la voix de dieu. C’est donc la voix du peuple du pays du mont Olympe que va consulter le premier ministre grec. Cette voix que les eurocrates s’échinaient à faire taire et où Alexis Tsipras veut puiser de nouvelles forces pour poursuivre son combat afin de sortir son pays de l’enfer austéritaire et construire une Europe démocratique, de prospérité partagée et pacifique.

Mépris de la démocratie
On mesurera l’enjeu du référendum voulu par Tsipras à l’aune du grenadage médiatique, dont il est la cible avec son gouvernement, et du torpillage financier et économique contre son pays. L’Europe libérale, de la finance et des profits, apparaît sous son vrai visage, d’arrogance et d’autorité à l’égard des peuples, et de hautain mépris de la démocratie. Quel comble que cette C. Lagarde, avec sa casserole judiciaire pour avoir fait “tomber” à Tapie 405 millions d’argent du contribuable français, soit investie du pouvoir de plastiquer les propositions grecques qui, la semaine dernière, ouvraient, aux yeux de François Hollande et du cénacle européen, la voie vers un accord ! Une voie aussitôt barrée par la présidente du FMI, derrière qui se sont derechef réalignés les dirigeants de l’Union européenne, ni le gouvernement français, ni l’ex-ministre de Jean-Marc Ayrault, devenu commissaire européen, P. Moscovici, n’ayant fait faux bond à la smala des jeteurs de sorts. Face à la réponse démocratique à leurs ultimatums humiliants, les technocrates de Bruxelles et du FMI, assistés par la chienlit qui pullule sur les places boursières et de tous leurs petits caporaux, ont fait feu de tout bois et de toutes armes.

Une belle leçon
Qui, pour reprendre la délicate expression d’un quotidien national a mis “Tsipras au fond du gouffre” ? Au cours des quatre premiers mois de l’année 2015, Athènes a versé à ses créanciers, rien qu’en intérêts rémunérant les prêts accordés, 2,6 milliards d’euros, soit un milliard de plus que la somme exigée de la Grèce par le FMI. A. Tsipras n’est donc pas le mauvais coucheur intraitable qu’on veut bien nous dire, mais l’acharnement à vouloir le faire se plier aux diktats austéritaires et à renier le mandat que lui a confié le peuple grec, l’ont conduit à se tourner de nouveau vers ce dernier. Une belle leçon de démocratie qui a fait défaut à la France après le non au traité constitutionnel, en mai 2005. Et comme, par les temps qui courrent, le courage d’appliquer ses promesses n’est pas une vertu cardinale dominante, ce choix mérite d’être apprécié. C’est bien d’ailleurs ce qui fait trembler les oligarques, pour qui la démocratie se mesure en pourcentages de rentabilité. Et ne nous y trompons pas, la bataille en cours est notre bataille ; celle de tous les peuples écrasés, humiliés, volés des richesses qu’ils produisent. Il est temps, aux côtés des grecs, de dire enfin non : όχι !


Face à la réponse démocratique aux ultimatums humiliants, les eucrocrates font feu de tout bois.


P.-S.

La dépêche de l’Aube N1345

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|