“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

Accueil > Archives > Aube > Troyes > Culture > NOCE de Jean Luc Lagarce...

NOCE de Jean Luc Lagarce...

Théâtre de la Madeleine

samedi 10 février 2007 , 2145 : visites , par Jean Lefevre

En résidence à Troyes, Christine Berge et la Cie Ici et Maintenant ont donné NOCE de Jean Luc Lagarde qu’ils avaient présenté en Avignon. C’est un spectacle accompli, esthétique, inventif, et instructif grâce à l’ingéniosité du décor et de la mise en scène, à la qualité, la virtuosité et à la connivence des comédiens. Le sujet : un banquet de noce est organisé, mais on ne connaît presque rien des gens, du lieu, de l’époque.

Cinq personnes qui affirment posséder une invitation s’y rendent. Pour faire la fête ? Pour être reconnu de la bonne société ? Ils réussissent à pénétrer dans l’enceinte après force barrages, policiers, chiens ou valets. Des avions à réaction trouent et troublent la fête. Sommes nous en Irak ou près de chez Kafka ?

Le héros kafkaïen est seul à vivre un échec permanent dans un monde incompréhensible. Lagarce l’étend au collectif, y ajoute la frustration ressentie par la classe sociale pauvre et qui manifeste une forme de révolte. Sont-ce les prémisses de la lutte des classes ou sa déliquescence ?

Ces cinq-là finiront par s’installer à force de ruse et de colère, et pas mal d’insolence, de grotesque et même de vulgarité. Le saccage des lieux est une possession désespérée, un simulacre de rébellion de ceux qui ne mangent pas. Mais ne suffirait-il pas d’une étincelle pour que cela devienne une vraie lutte ?

J.L.Lagarce nous exaspère comme nous irrite la société actuelle en proie à des mouvements contradictoires, à des égoïsmes et des violences gratuites. Et si d’un côté, il y a les riches (organisateurs de la noce), ils sont indécelables comme le sont les actuels possesseurs des décisions économiques. Et si de l’autre il y a les pauvres, Lagarce n’en fait que des envieux, des casseurs, et pire des imitateurs hystériques, vision pessimiste de la société mais pas forcément réactionnaire. Lagarce rumine le passé, crée et jette le luxe de la pensée sur la scène. Il y a du Beckett revisité, avec un humour permanent, une distance prise avec le désespoir.

Christine Berg fait partie de ces artistes créateurs qui épousent les soubresauts du siècle et nous en fait toucher l’ironie, la complexité et la cruauté. Contrairement à l’image désuète que certains colportent encore, les gens de théâtre ne sont pas de vulgaires amuseurs qui vendent du plaisir, mais des lecteurs et des acteurs curieux et passionnés, dont la grande culture nous est restituée dans des spectacles de qualité. L’intérêt de Christine Berg pour les auteurs contemporains en est un exemple. La Noce, ce chef-d’œuvre d’ironie, de méchanceté, d’absurdité, est transmis avec pertinence par des acteurs en pleine jubilation : Mélanie Faye, Elodie Cotin, Alice Carel , Laurent Nouzille, et Michel Boy.

P.-S.

Ici et Maintenant, créé en 1999 par Christine Berg, est basé à Chalons en Champagne et en résidence au Théâtre de la Madeleine

La Dépêche de l’Aube N907

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|