“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • Bien intégrés
  • 21 mai 2015,
    par Guy Cure
  • Les « humeurs » de La Dépêche sont trop souvent pessimistes et désespérantes. Pourquoi toujours voir les trois quarts vides d’un verre à moitié plein ? Ainsi, pour l’immigration et l’intégration : Récemment, les enfants et petits-enfants de ceux qu’on (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Mai > N1339 > une rallonge de 10 millions d’euros de l’état pour engager et finaliser enfin (...)

Electrification de la ligne SNCF Paris -Troyes

une rallonge de 10 millions d’euros de l’état pour engager et finaliser enfin le projet

jeudi 21 mai 2015 , 274 : visites , par LDA

Mardi 19 mai, Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional en charge des transports, accompagnait le président Bachy pour une nouvelle réunion de travail avec la directrice de cabinet du ministre des transports.

Après les assurances écrites du Premier ministre, indiquant que l’électrification était désormais “irréversible”, l’objectif de cette nouvelle démarche était d’obtenir que l’état revoit à la hausse sa participation financière dans le cadre du prochain contrat de plan état-Région et surtout, qu’au-delà des déclarations d’intentions, les travaux s’engagent concrètement et que la garantie soit apportée qu’ils se termineront dans les meilleurs délais. En termes de travaux, le temps perdu ne se rattrapant pas, l’immobilisme de l’état de ces dernières années recule d’autant la finalisation d’une électrification qui aurait dû être effective fin 2017. L’exécutif de la Région a fait clairement savoir au gouvernement, dans le cadre de la discussion du contrat de plan en cours d’élaboration, son exigence d’un processus concret qui engage la phase travaux du projet sur l’ensemble du territoire à électrifier, avec une programmation des travaux, leur date de fin et la mise en place des crédits de l’état indispensables. Alors que la participation de l’état nécessaire au financement du projet est de 45 millions d’euros en Champagne- Ardenne, l’annonce initiale d’une inscription de 10 millions était loin de “faire la maille” ! Dans l’attente d’une évolution significative et de la tenue effective des engagements de l’état, la Région continue de bloquer le versement de sa participation au financement de la deuxième phase de la LGV Est.

Pierre Mathieu : “j’ai la conviction que nous sommes en passe de pouvoir enfin concrétiser ce dossier.”

Suite à l’échange très constructif que nous venons d’avoir, j’ai envie, aujourd’hui et tout en restant très lucide, de positiver. Tout d’abord parce que nous avons obtenu une rallonge de crédits de l’état de 10 millions d’euros, faisant passer sa contribution au contrat de plan état-Région, en cours de finalisation, de 17 millions d’euros à 27 millions. Mais le plus important est certainement ailleurs. C’est le fait de passer concrètement des paroles aux actes, du stade de projet à celui des travaux et d’avoir des garanties réelles de finalisation de ceux-ci dans un délai que nous souhaitons pour notre part le plus court possible. Sans répondre totalement à nos demandes initiales, il faut reconnaître que notre fermeté et nos démarches actives ont permis dans les dernières semaines de faire évoluer positivement les choses avec une meilleure prise en compte de la part de l’état. Au stade actuel et compte tenu des difficultés de l’état à mobiliser plus rapidement la totalité de ses financements, on s’oriente donc vers un projet qui serait réalisé, à compter d’aujourd’hui, en six ans au lieu de cinq. Des travaux qui débuteraient pour certains fin 2015 - début 2016, avec une organisation permettant l’électrification de Gretz à Nogent-sur-Seine, dans un premier temps, puis l’année suivante la poursuite jusqu’à Troyes.” Pour autant, des travaux seront immédiatement engagés sur les territoires du Grand Troyes et de Romilly  : une bonne nouvelle pour l’activité économique et la garantie concrète de l’irréversibilité de l’électrification. L’expérience nous a enseigné la prudence sur ce dossier. Pour ma part, ma première visite pour ce dossier au ministère des transports remonte à... 23 ans ! Malgré toutes les difficultés, j’ai aujourd’hui la conviction que nous en sommes en passe de pouvoir enfin concrétiser ce dossier, si toutes les collectivités sont au rendez- vous et continuent de manière unie à veiller au respect des engagements de l’état. Il faut aussi que l’ensemble des acteurs concernés restent mobilisés. À ce propos, j’ai à nouveau rappelé au ministère notre détermination à ce que le nombre de trains d’équilibre du territoire desservant les communes de l’Aube et du sud de la Champagne- Ardenne ne soit pas réduit, pas plus que l’arrivée des nouveaux trains, toujours prévus en 2017, ne doit être le prétexte de réductions de services. Car quel serait le sens d’investissements publics aussi importants pour l’amélioration de l’infrastructure si, au final, le service offert aux usagers était moindre ? Pour concrétiser définitivement les avancées sur l’électrification et conserver une bonne desserte de notre territoire avec une meilleure qualité de service, la mobilisation ne doit donc pas faiblir. Ayons confiance dans la force de nos actions dans la durée.”

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1339

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|