“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • La politique qui dégoûte
  • 2 avril 2015,
    par DÉDÉ ALACAMPAGNE
  • Qui nous dira les mystères de la politique ! Le maire de Buchères est radical de gauche (il l’était encore hier !) et annonce à son dernier Conseil Municipal qu’il votera pour Christian Branle, UMP ! C’est consigné dans le bulletin communal afin que (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Erostrate
  • 2 avril 2015
  • « tout le monde connaîtra mon nom et s’en souviendra », aurait dit le co-pilote qui a écrasé son appareil. Même motif, en 356 av. J.-C., chez érostrate (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Avril > N1332 > Erostrate

Erostrate

jeudi 2 avril 2015 , 94 : visites

« tout le monde connaîtra mon nom et s’en souviendra », aurait dit le co-pilote qui a écrasé son appareil. Même motif, en 356 av. J.-C., chez érostrate qui mit le feu au temple d’Artémis à éphèse, une des sept merveilles du monde.
“Folie” ? Un mot qui voudrait tout dire et qui ne dit rien. à une époque où l’homme scrute les confins de l’univers et sonde le coeur de la matière, notre cerveau reste terre largement inconnue, « terra incognita  », comme on lisait jadis sur les cartes.
Mais la pathologie explique-t-elle tout ? Suicide au travail = dépression, point barre. Médias et enquêteurs désossent la vie privée et trouvent ce qu’ils voulaient trouver. Simple et efficace ; la consommation d’antidépresseurs augmente, les profits des laboratoires pharmaceutiques aussi. La société se porte donc bien.
Crise de “folie” ou crise de société ? En s’aggravant, la seconde multiplie les premières. On ne compte plus les suicides au travail, “en série” même dans certaines “boîtes”, à cause du travail ou de sa perte. Jonglant avec numéros verts, cellules de prévention des risques psychosociaux et « observatoires du stress », les patrons se donnent bonne conscience et gardent bonne prestance.
A l’ère du jetable, l’homme-marchandise s’auto-détruit, dans un ultime spectacle pour la presse à sensation avec feu d’artifice de doctes gloses dans la bien-pensante. Il n’existe ni monument aux morts au travail, ni cérémonie avec appel, la liste est trop longue.
Le nom d’érostrate a traversé les siècles. Celui des suicidés au travail tient l’audimat à peine quelques instants. La vie doit continuer et les profits augmenter dans notre société en crise de folie.
LE CAPITAINE TRICASSE

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1332

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|