“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • Morale et société
  • 26 février 2015,
    par Guy Cure
  • Que la Justice n’ait rien trouvé à redire au comportement de Strauss-Kahn ne change rien à la perception qu’on peut avoir d’un individu qui a failli représenter la France sur la scène internationale. DSK président ! Ses copains savaient son comportement (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • CHAUDES LARMES DU CROCO
  • jeudi 26 février 2015
  • Peut-on vivre dignement sans hôtel particulier parisien, ni villa à Saint-Tropez, ni yacht, ni jet privé, ni quotidien en Province ? Rudes (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2015 > Février > N1327 > CHAUDES LARMES DU CROCO

CHAUDES LARMES DU CROCO

jeudi 26 février 2015 , 385 : visites

Peut-on vivre dignement sans hôtel particulier parisien, ni villa à Saint-Tropez, ni yacht, ni jet privé, ni quotidien en Province ?
Rudes sacrifices auxquels Bernard Tapie devra se résigner, alors qu’il lui faudra, peut-être, rendre l’oseille dans l’affaire Crédit Lyonnais/ Adidas. Le CDR, l’organisme chargé de gérer les dettes de la banque, y compte bien. De quoi chialer, en effet, quand on a goûté à pareil train de vie. Bigre, ces 403 millions qu’un tribunal arbitral lui avait accordés, estimant qu’en 1994 la banque aurait été plus voyou que lui en revendant Adidas quatre fois le prix qu’elle lui avait payé, les a-t-il seulement ? Une partie de son patrimoine est déjà saisi et on imagine mal un Tapithon pour le sortir de là. Demande-t-on à un galopin de rendre les bonbons qu’il a déjà avalés ? Le bateleur des plateaux télé, l’ex-businessman paillettes, taureau cogneur, a explosé en sanglots. Lui qui s’était pourtant remis de la prison, de la corruption dans le foot, de la banqueroute et de l’éviction politique - au moins sur le devant de la scène -, est-il pour de bon KO ? Jamais plus fort que dans la posture de la bête blessée, celui qui se comparait à Edmond Dantès (le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas) n’a-t-il plus que l’arme de ces larmes pour nous attendrir et se refaire, une nouvelle fois et sur notre dos, la cerise ? Le « show » a un précédent : au temps de sa magnificence, sous l’oeil des caméras, il refaisait le chemin à l’envers, revenant dans la cité de son enfance. Dans sa HLM de jadis, près de la table en formica, le “gagneur” pleurait. On ignorait encore que son génie était celui de la comédie. C’est parce que, dit-il, on veut sa peau. Les gens sont méchants, méchants, méchants ! Qu’ils sont heureux tous ceux qui n’ont comme seul souci que de finir le mois.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1327

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|