“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • l’héritage
  • 20 décembre 2014,
    par Guy Cure
  • Ça vient de loin. Nous baignons dans une culture judéochrétienne dont l’une des facettes a été le rejet de l’arabe. Que de déformations, de dissimulations et de sectarisme dans des livres d’histoire utilisés par des « hussards de la république » sans (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le Chili de Pinochet comme laboratoire
  • 19 décembre 2014,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Milton Friedman au Chili en 1975 Friedrich von Hayek et Milton Friedman sont les deux principaux théoriciens de l’ultralibéralisme. Si, dans les (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • Débat pathétique
  • vendredi 19 décembre 2014
  • Débat pathétique dans la presse locale entre la droite et l’extrême droite à l’occasion de l’entre-deux tour de la législative partielle. Subtil y a (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Décembre > N1317 > Le Chili de Pinochet comme laboratoire

Le Chili de Pinochet comme laboratoire

vendredi 19 décembre 2014 , 102 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE


Milton Friedman au Chili en 1975

Friedrich von Hayek et Milton Friedman sont les deux principaux théoriciens de l’ultralibéralisme. Si, dans les années cinquante peu de gens les prenaient au sérieux, leurs idées sont aujourd’hui devenues la doctrine dominante en économie. La vulgate de la pensée unique veut que leurs théories aient été mises en oeuvre pour la première fois après 1979 dans l’Angleterre de Margaret Thatcher. En réalité, le Chili de Pinochet et, peu après, l’Argentine de Videla ont été les laboratoires d’essai “in vivo” de l’ultralibéralisme. Mais ses chantres commencent l’histoire avec Thatcher et Reagan. C’est plus flatteur.
En 1973, Pinochet s’empare du pouvoir, mettant fin à plus de quarante années de démocratie au Chili. Les “Chicago-boys”, émules de Friedman à l’université de Santiago, remirent alors à Pinochet, un programme économique de 500 pages qui fut immédiatement appliqué. Fin du contrôle des prix, privatisation des entreprises publiques, suppression des taxes à l’importation, coupes franches dans les dépenses publiques... Ce fût un échec. Un an après, l’inflation s’élevait à 375% ! C’était la plus forte au monde. Alors, en 1975, Milton Friedman s’envola pour Santiago. Il préconisa ce qu’il appella un nouveau “traitement de choc”, dont il devint très vite évident que ce “traitement de choc” bénéficiait aux riches au détriment des pauvres. Une famille moyenne devait consacrer 74% de ses revenus à l’achat du pain ! En mars 1976, lorsque Videla prit le contrôle de l’Argentine, les “Chicago boys” décrochèrent des postes très importants au sein de la junte militaire. Moins d’une année après le coup d’État, les salaires avaient perdus 40% de leur valeur. Les usines fermaient l’une après l’autre.
Alors, lorsque Marine Le Pen joue du pipeau social, rappelez-vous qu’extrême-droite et ultralibéralisme ont eu des amours qu’ils nous cachent et qu’ils sont prêts à convoler de nouveau.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1317

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|