“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

L'Humeur
  • On classe
  • 27 novembre 2014,
    par Malicette
  • Aujourd’hui on classe tout, surtout l’inclassable. On classe les lycées. Quelle est l’école qui a les meilleurs résultats ? Celle qui a de bons élèves. Et où se trouvent les bons élèves ? Dans les bons quartiers qui ont de belles maisons et des parents (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2014 > Novembre > N1314 > On classe

On classe

jeudi 27 novembre 2014 , 983 : visites , par Malicette

Aujourd’hui on classe tout, surtout l’inclassable.
On classe les lycées. Quelle est l’école qui a les meilleurs résultats ? Celle qui a de bons élèves. Et où se trouvent les bons élèves ? Dans les bons quartiers qui ont de belles maisons et des parents avec de bonnes situations. Des parents dont on dit qu’ils ont un niveau socio-culturel excellent. Classer les lycées, c’est bête. Ce sont les quartiers qu’on devrait classer par niveau de richesse. On me dit que c’est fait. Ah bon ! Alors pourquoi classer les écoles et les élèves alors ?
Classer revient à jeter un peu plus la honte sur les derniers de la classe. C’est leur dire : « vous êtes de petits pauvres et vous ne réussirez jamais », tandis qu’on dit aux autres : « n’allez pas làbas ! Le niveau est bas. Les immigrés, nombreux, le font baisser. » On classe aussi hôpitaux et cliniques. Où est-on le mieux soigné ? Rien qu’à poser la question, on a déjà les boules. Souvenir des hospices, asiles et autres mouroirs. Il faut aller chercher le diable dans les détails du questionnaire. On y trouve la qualité de l’accueil (confort, télé, gentilles et, pendant qu’on y est, belles infirmières). Je n’invente pas. Je l’ai lu sur une pub.
Mais il suffit de regarder qui classe : le Point, le Figaro, l’Express, avec son partenaire “[my-medical-pass.fr->my-medical-pass.fr]” (plateforme de conciergerie médicale).
La santé fait vendre. La santé est un marché. Un gros marché. À quand le classement sur le montant du dépassement d’honoraires, du tarif de la chambre particulière, du coût de l’appel téléphonique, du parking et des frais administratifs que pratiquent, en toute illégalité, les établissements de santé privés à but lucratif ? Ce classement serait une véritable information pour les malades. Il leur permettrait de mieux se soigner tout en défendant le service public de santé.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1314

1 Message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|