“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

Dossier
  • Transports et transition énergétique. L’austérité nuit à la transition énergétique
    13 novembre 2014

    Les transports sont au coeur de la question de la transition énergétique. Sur ce sujet, les promesses du candidat Hollande et les engagements pris par l’État ont été mis au rancart. C’est une négation opiniâtre de ce qu’il conviendrait de faire qu’ont choisi François Hollande et ses ministres. En matière de transports, alors que le ferroviaire est (...)

    Lire la suite
Le dessin

13 novembre 2014
L'Humeur
  • POINT DE VUE
  • 13 novembre 2014,
    par Guy Cure
  • En juillet j’avais besoin de voir un ophtalmo. J’avais entendu parler des difficultés à obtenir un rendez-vous. Mon médecin traitant venait d’obtenir pour lui-même un rendez-vous auprès d’un confrère en un clin d’oeil. Il m’a conseillé un cabinet troyen. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Pas de demi-mesure
  • 13 novembre 2014,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • On se souvient des propos de Michel Sapin, “Notre amie, c’est la finance, la bonne finance”, qui en disaient long sur le chemin parcouru, bordé de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2014 > Novembre > N1312 > Troyes .Notre première rencontre

Troyes .Notre première rencontre

jeudi 13 novembre 2014 , 442 : visites

Résistant communiste, déporté à Mauthausen, ami et biographe de Picasso, Pierre Daix, vient de mourir à l’âge de 92 ans. à la demande de Jean Lefèvre, Valère Staraselski, essayiste et écrivain, spécialiste d’Aragon, a bien voulu raconter leur première rencontre... à Troyes !
“C’était en 1997, j’avais été invité par une librairie de Troyes et une association de la ville dirigée par Jean Lefèvre à rencontrer le public avec Pierre Daix à l’occasion du centenaire de la naissance d’Aragon. à cette époque, sur le « marché des livres » concernant notre auteur, il n’y avait que le Daix et mon “Aragon, La Liaison délibérée”… Personne ou pas grand monde ne pariait, en ces années, un kopeck, si j’ose dire, sur Aragon en tant qu’auteur. [...]
Or, ce soir-là, à la surprise générale, la salle déborda de monde, il n’y avait pas assez de chaises ! Aragon avait visiblement battu un record de participation… Nous étions assis à une tribune drapée de rouge et l’animateur posait des questions auxquelles nous devions, Pierre Daix et moi-même, répondre chacun notre tour. Après une petite chicane de détail avec Daix, dès la première question, la soirée se déroula admirablement bien. Le public se montra, non seulement très attentif, mais contribua par ses questions sur l’auteur des Communistes et de La semaine sainte à une visite assez complète.
A la fin de la rencontre, je me souviens que nous avions et l’un et l’autre signé le même nombre d’exemplaires de nos ouvrages. Comme si nos points de vue et propos parfois divergents sur la vie et l’oeuvre d’Aragon avaient été complémentaires… Ensuite, nous avons passé une partie de la nuit à parler d’Aragon, bien sûr, mais aussi de Picasso (Pierre Daix préparait une exposition sur lui), mais aussi du PCF (je me souviens qu’il disait Maurice et Jeannette désignant par-là Thorez et Vermeersch, comme si c’était hier) et bien sûr très longuement du camp de Mauthausen où il avait été déporté. Les murs faits de corps gelés en hiver, les trains pullman déversant en pleine nuit leur « cargaison » de femmes en manteaux de fourrure, ayant été raflées quelques heures, avant et qui partaient directement à la mort. Il évoqua aussi Arthur et Lise London dont il avait épousé la fille. Tout au long de notre conversation, il se montra très chaleureux. Il y avait du vin rouge. Nous nous sommes couchés après quatre heures du matin…
De ce jour, nous sommes devenus très amis… Il m’a bien sûr offert son livre avec la dédicace suivante (trop gentille) : « à Valère qui en connaît autant que moi sinon plus sur Aragon ». Par la suite, nous avons encore parlé d’Aragon ensemble à la FNAC ou ailleurs, mais c’est de cette première rencontre dont je me souviendrai toute ma vie, considérant que Pierre Daix était avant tout un grand résistant, un intellectuel passionné et passionnant. Que l’auteur de J’ai cru au matin était un homme blessé aussi par les combats politiques, un homme à l’esprit très ouvert, méritant le respect et l’estime de chacun.”

PAR VALÈRE STARASELKI, ÉCRIVAIN

 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1312

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|