“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • Le règne des invertébrés
  • 4 septembre 2014,
    par Guy Cure
  • On commémore beaucoup ces temps-ci. Napoléon, le Débarquement, la Grande guerre, la Libération ; que de sang versé. C’est bien que la mémoire soit entretenue, que le message des sacrifiés soit transmis, même si les souvenirs sont souvent triés au point (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Légers coups de gomme
  • 4 septembre 2014,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • On a, la semaine dernière, fêté la Libération. Il serait plus juste de dire qu’on a fêté certains libérateurs. Les américains étaient à l’honneur. (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Septembre > N1302 > Pierre Laurent à l’université d’été du Parti socialiste : “le contrat de 2012 (...)

Pierre Laurent à l’université d’été du Parti socialiste : “le contrat de 2012 vient d’être déchiré”

jeudi 4 septembre 2014 , 130 : visites , par LDA

Pour Pierre Laurent, “le temps est venu pour celles et ceux qui refusent l’impasse et l’injustice de la politique actuelle, d’entrer en action, de débattre et d’agir en commun pour construire une autre politique”.

Le fait est que, militant-e-s du PCF, hommes et femmes de gauche, certains se sont interrogés : mais que va-t-il donc faire dans cette galère ? Pierre Laurent, au début d’une intervention musclée à l’université d’été du PS le week-end dernier, a avoué s’être lui-même, au vu des récents évènements, posé la question. C’était un exercice périlleux que le secrétaire national du PCF a réussi avec brio. Son intervention d’une quinzaine de minutes, ponctuée d’applaudissements, lui a permis de « dire les choses droit dans les yeux ». De ces “choses” qui pourraient éviter le naufrage.

VALEURS DU COMBAT À GAUCHE
Ce qu’on retiendra de l’université d’été socialiste, c’est que l’autoritarisme de l’exécutif et son obstination à accélerer le train sur les rails libéraux, n’ont ni fait l’unanimité, ni permis de remettre “à la botte” les mécontents. Le secrétaire national du PCF n’a pas caché sa colère, estimant que « le contrat de 2012 vient d’être déchiré [...] devant les Français. Depuis quand la seule feuille de route de la gauche, c’est celle du Medef et des promoteurs ? » Très critique sur « la voie du gouvernement de Manuel Valls [qui] nous mène dans le mur », il a invité les socialistes à ne pas embarquer dans le “corbillard” qu’il conduit. Mais les formules choc qui ont émaillé son discours n’ont fait que jalonner un propos qui est allé sur le fond. Car c’est d’abord sur le fond que le débat politique doit s’engager s’il veut ouvrir une perspective de gauche ancrée sur des bases solides. En se rendant à La Rochelle, Pierre Laurent a eu un discours de fermeté, mais l’essentiel était dans les valeurs dont il s’est fait l’avocat : celles d’une gauche sociale, progressiste et transformatrice, celles de Jaurès, du Front Populaire... celles des grands mouvements sociaux pour améliorer les conditions du monde du travail. Les valeurs d’une gauche combative contre le capital et ses alliés.

« IL Y A LE FEU À LA MAISON »
L’université d’été du PCF s’est, elle aussi, tenue le week-end dernier en Savoie. Ambiance détendue mais studieuse pour les 800 participants. Les questions d’une alternative de gauche, celles sur l’avenir du Front de gauche et le discours de P. Laurent ont constitué autant d’occasions d’exposer l’opinion des communistes sur la récente partie de chaises musicales gouvernementale, tout en réaffirmant la pertinence de leur démarche de rassemblement et de construction d’une alternative progressiste, car face à la pluie de mauvais coups, il est temps de « passer de la juxtaposition des critiques à l’action commune ». Il est temps que le mécontentement qui gronde chez de nombreux militants et électeurs socialistes ou écologistes soit le creuset du projet alternatif à la dérive libérale du gouvernement. « Construire une telle alternative, ce n’est pas seulement avancer nos solutions et appeler au ralliement, [...] c’est mettre en mouvement nos forces, nos énergies pour mettre dans l’action des millions de Français et porter tous ensemble des solutions pour les rendre incontournables », a exhorté Pierre Laurent, estimant qu’« il faut ranger les étiquettes au tiroir [car] il y a le feu à la maison ». La fête de l’Humanité, la semaine prochaine, doit être le premier rendez-vous de ces forces. Elle devra être la grande fête de l’unité populaire


Pierre Laurent aux socialistes : « n’embarquez pas dans ce corbillard conduit par Valls ».


 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1302

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|