“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • Le règne des invertébrés
  • 4 septembre 2014,
    par Guy Cure
  • On commémore beaucoup ces temps-ci. Napoléon, le Débarquement, la Grande guerre, la Libération ; que de sang versé. C’est bien que la mémoire soit entretenue, que le message des sacrifiés soit transmis, même si les souvenirs sont souvent triés au point (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Légers coups de gomme
  • 4 septembre 2014,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • On a, la semaine dernière, fêté la Libération. Il serait plus juste de dire qu’on a fêté certains libérateurs. Les américains étaient à l’honneur. (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Septembre > N1302 > Légers coups de gomme

Légers coups de gomme

jeudi 4 septembre 2014 , 83 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

On a, la semaine dernière, fêté la Libération. Il serait plus juste de dire qu’on a fêté certains libérateurs. Les américains étaient à l’honneur. Romilly et ses alentours ont été sillonés, toutes sirènes hurlantes, par des jeeps et autres véhicules US d’époque, briqués comme des souliers de marié, avec des personnages costumés... d’époque et machouillant - sans doute par souci du détail - du chewing gum, dont on souhaite qu’il ne fût pas, lui, d’époque. On en a pris plein les yeux et les oreilles.
Bien sûr, la Libération fut un moment de liesse. Liesse éphémère entre l’abomination nazie agonisante et l’horreur atomique exhibée à la face du monde par Harry Truman ; une accalmie entre guerres chaudes et froide. Sans la Résistance sur le territoire français, sans l’offensive soviétique à l’est, le débarquement en Normandie était un pari stratégique aventureux. Américains, Canadiens, Anglais... Républicains Espagnols engagés dans l’armée française, Résistants, ouvriers de Tobolsk et paysans de la Volga, sans oublier les “coloniaux” d’Afrique Noire, du Nord, ou d’Orient ; à eux tous nous devons la victoire. à aucun ne faisons l’injure de l’oubli.
C’est du bout des lèvres, très souvent, qu’on parle de la Résistance communiste, pourtant commencée dans l’Aube dès 1940, comme l’évoque Charles Tillon dans son Histoire des FTP( [1]). Au fil des ans, une mémoire sélective prend le pas sur les faits et la vérité. Par petites touches et légers coups de gomme, on édulcore, allège et abrège. On ne réécrit pas, non, ce serait du révisionnisme. On laisse l’encre pâlir, le papier tomber en poussière.
Je n’ose croire que ces commémorations, vidées de tout contenu mémoriel et éducatif, ne deviennent à ce train prétextes à mascarades populacières et autres concours du plus bel engin de guerre.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1302

Notes

[1Tillon cite une note du préfet de l’Aube informant “en haut lieu” de l’activité de communistes qui récupèrent et cachent les armes abandonnées par l’armée en débâcle et organisent des “groupes de choc”.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|