« Le néolibéralisme est mort mais ils ne le savent pas. » Roland Gori

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > Le gouvernement interpellé sur la situation de Cycleurope

Le gouvernement interpellé sur la situation de Cycleurope

vendredi 12 janvier 2007 , 2371 : visites

Alain Bocquet, président du groupe communiste à l’Assemblée National s’est adressé à JL Borloo, Ministre de l’emploi et à F. LOOS Ministre délégué à l’Industrie :

Monsieur le Ministre,

Je souhaite attirer votre attention sur la situation de l’entreprise Cycleurope et tout particulièrement sur le devenir de son site de fabrication de vélos installé à Romilly-sur-Seine, dans l’Aube. Tout porte en effet à croire que le groupe suédois Grimaldi, anticipant le renoncement de l’Union européenne à des dispositifs antidumping à l’horizon 2010 et donc un accroissement des importations de produits asiatiques, envisage de réduire brutalement l’activité et les effectifs de son unité champenoise. En proie à du chômage partiel en décembre, les 370 salariés et leurs représentants tirent la sonnette d’alarme sur la pérennité d’un outil industriel performant, doté d’un centre de recherche unique en Europe et qui figure parmi les derniers fabricants de cycles de l’Hexagone.

Notre pays, quatrième consommateur de vélos par habitant au monde, avec une moyenne d’environ 3 millions d’unités commercialisées chaque année, offre un marché dynamique et prometteur en débouchés. Mais cette demande est de plus en plus satisfaite par des importations, principalement venues de Chine, qui représentent aujourd’hui 68% des ventes. Ce déséquilibre est alimenté par les pressions des fonds d’investissement et les stratégies patronales qui, dans un esprit de rentabilité financière à courte vue, privilégient des solutions de délocalisations et de désengagement de l’Europe de l’Ouest. Pourtant, il est possible de développer, à partir des capacités de production existant à Romilly, une politique alternative conquérante, par la croissance d’une offre de haute et de moyenne gamme, innovante et de qualité, en tirant profit des avantages de la proximité. C’est le sens des propositions que formulent les salariés de Cycleurope avec le soutien d’élus locaux qui refusent de cautionner et d’accompagner, à renfort de fonds publics, un nouveau plan de casse des emplois et des savoir-faire technologiques. Votre gouvernement, Monsieur le Ministre, qui n’est pas sans connaître les intentions du groupe Grimaldi, va-t-il laisser saborder, en catimini et sans aucun débat démocratique, un potentiel industriel viable, meurtrissant un peu plus encore un territoire déjà durement frappé par les restructurations du textile ? Il est de votre devoir, en tant que représentant de la France, d’intervenir sans tarder auprès des instances communautaires et des autres Etats membres pour que l’Union européenne maintienne au-delà de 2010 les dispositifs antidumping contre des importations socialement déloyales. De même, il est de votre responsabilité de réunir, au plus vite, une table ronde associant l’ensemble des acteurs impliqués et intéressés - l’employeur, les services de l’Etat, les élus de la ville, du canton et de la région, mais aussi des décideurs influents comme les banques - afin d’empêcher toute suppression d’emplois, de prévenir les difficultés et de les surmonter en élaborant un projet de relance et de sauvegarde du site Cycleurope de Romilly.

Je vous prie de recevoir....

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N903

2 Messages

  • messieurs de la cgt et pcf, voila plus d’ un an que vous connaissez l’ issue de cette situation ; après avoir fait croire à qui voulait l’ entendre, que cycleurope s’ installerait dans de nouveaux locaux à la belle idée, et ceci afin de toucher des subventions consécantes, on nous annonce à petites doses qu la production sera délocalisée ;

    Mais c’ est la mort de romilly la rouge qu’ ils souhaitent ! à commencer par Cartelet qui c’ est allié les voix ump et frontistes depuis longtemps pour vous faire la nique !

    tout cela vous le savez ! alors pourquoi pleurer ? De l’ action ! De l’ action ! voila ce qu’ il faut ! à moins que vous n’ ayez peur de perdre votre petite place au sein du conseil !

    repondre message

    • Mise au point sur la situation de cycleurope :

      1 Seul la dépeche de l’Aube dans un article a alerté sur la situation préocupante de l’emploi chez cycleurope.

      2 Joé Triché conseiller Général ( 2 élus communistes sur 33) est intervenu, lors d’une séance pléniere de cette assemblée, en tirant la sonnette d’alarme sur les inquiétudes de menaces sur l’emploi de deux entreprises auboises : Kléber et Cycleurope.

      3 Alors qu’il semblerait que les élus de droite, des élus locaux, connaissaient les menaces réelles pesant sur cycleurope, seul le PCF et conseiller général sont intervenus pour faire connaitre aux salaries ce qui se tramait dans leur dos.

      C’est Mme Auzols qui promettait aux romillons le transfert du site Cycleurope, de Romilly sur la Z.I de la Belle Idée,une opération qui’aurait couté 18 millions d’euros... QUELLE BELLE IDEE !!!

      Aujourd’hui elle dit découvrir la situation financiére critique de la Holding suedoise ; ; ; Quelle irrésponsabilité et incompétance de la part de la présidente de la communauté de commune, premiere Maire adjonte de Cartelet A VOUS D’en juger ?

      "De l’action ,De l’action ..." Joe Triche en mène depuis des années, non pour son aura mais pour défendre les salariés des entreprises de Romilly et du département.

      Avec la section du PCF il a entrepris des démarches avec les représentants syndicaux en direction du président du groupe parlementaire communiste et républicain et du Préfet de l’Aube.

      Cela c’est du concret et non du BLA BLA ; ; ;

      En appelant les salariés et tous les Romillons à manifeser et dire stop à la desertification industrielle de Romilly , nous ne défendons ni LE PCF ni LES SIEGES DE NOS ELUS mais nous défendons le devnir de la ville de Romilly et des salariés.

      Amicalement.

      repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|