“Aujourd’hui, quand vous vivez dans une famille ouvrière, vous avez peur que vos enfants tombent dans la misère. Pourquoi ? Parce que la politique actuelle contribue à accumuler des richesses.” Pierre Laurent

Dossier
  • Reconstruire l’espoir à gauche et pour la France- l’alternative de gauche existe
    10 juillet 2014

    Les récentes élections ont montré que les couches populaires doutent de la gauche. Mais les choses auraient-elles vraiment changé au point de rendre impossible une politique de gauche comme on veut nous le faire croire ? Ce discours d’intoxication idéologique est omniprésent, véhiculé par la droite et le gouvernement, à chaque fois qu’il s’agit de (...)

    Lire la suite
Le dessin

10 juillet 2014
L'Humeur
  • La coupe est pleine
  • 10 juillet 2014,
    par Guy Cure
  • Loin de moi l’intention de reprocher quoi que ce soit aux amoureux du foot. si je ne partage pas leur gout pour ce spectacle, c’est peut-être seulement en souvenir nostalgique d’un sport qui n’était pas gangrené par le fric. n’empêche, j’ai été très (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • au grand troyes, ils nous prennent pour des c...
  • 10 juillet 2014,
    par Passy Connh
  • Plus d’un an que cousine Martine n’était pas venue frapper à ma porte. La dernière fois, c’était pour venir m’engueuler de lui avoir dit de voter (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Juillet > N1294 > Reconstruire l’espoir à gauche et pour la France- l’alternative de gauche (...)

Reconstruire l’espoir à gauche et pour la France- l’alternative de gauche existe

jeudi 10 juillet 2014 , 228 : visites , par Rémi

Les récentes élections ont montré que les couches populaires doutent de la gauche. Mais les choses auraient-elles vraiment changé au point de rendre impossible une politique de gauche comme on veut nous le faire croire ?

Ce discours d’intoxication idéologique est omniprésent, véhiculé par la droite et le gouvernement, à chaque fois qu’il s’agit de faire passer une mesure antisociale. Mais, pour les communistes et leurs partenaires du Front de gauche, la certitude est bien ancrée qu’une alternative de gauche est possible pour sortir de la crise. C’est pourquoi ils ont lancé un appel pour inviter à venir débattre, construire un projet basé sur le bien commun et agir ensemble dans un large Front du peuple. En effet, malgré l’ampleur de la tâche à accomplir, à défaut de redonner confiance et espoir au peuple de gauche, crises politique et économique iront en s’aggravant de façon dramatique.

Pour construire une alternative de gauche à la politique du gouvernement, ouvrons le dialogue, unissons nos forces

Face à un gouvernement qui n’entend pas changer son cap libéral, le PCF propose la construction d’un large front du peuple autour d’une alternative de transformation sociale.

Il revient souvent ce mot, trop souvent : “trahison”. Il n’y a qu’à relire le programme du candidat Hollande pour mesurer le grand écart, le grand abandon. Abandon des promesses, abandon des valeurs. Et sans aucune bataille, face aux forces de l’argent qui, on le sait, sont puissantes : une capitulation en rase campagne.
UNE VRAIE GAUCHE Malgré les avertissements des dernières élections auxquels ils restent sourds, le président et son gouvernement veulent poursuivre leur politique. Et pour ne pas tarir les flots d’argent qui s’écoulent vers les caisses du patronat, le gouvernement ponctionne les ménages, rabote les budgets de la Sécu, tronçonne les services publics ou assèche les finances des collectivités territoriales. La liste des reculs sociaux et sociétaux depuis 2012 est éloquente. Mais avec quels résultats ? Pour beaucoup d’entre nous, ça va de mal en pire alors que les bénéfices des grands groupes industriels et financiers augmentent sans discontinuer. Mais l’ecoeurement, le rejet face à l’ampleur de la tromperie seraient de bien mauvais conseillers s’ils conduisaient à un retour de la droite, poussée elle aussi à une fuite en avant réactionnaire par la montée en puissance de son extrême. Un chantier immense s’ouvre à nous aujourd’hui : celui de la reconstruction d’une vraie gauche. Pas de passéisme cependant car l’histoire et la société bougent et c’est une gauche du XXIè siècle qui est à rebâtir. Une gauche audacieuse dans ses propositions et offensive pour atteindre leur mise en oeuvre ; une gauche sur ses deux jambes mais sans dogmatisme. C’est le sens de l’appel que les communistes viennent de lancer [lire ci-contre].
PASSONS À L’ACTION !
Dire qu’il n’y a pas d’alternative au libéralisme et aux politiques d’austérité est absurde. Si nous le voulons, nous ne sommes pas condamnés ad vitam aeternam à subir ces politiques. L’idée force de la gauche, qui, jusqu’à peu, ne faisait pas débat, est qu’il existe une alternative au capitalisme et qu’elle doit être portée par un rassemblement populaire puissant. Les communistes et leurs partenaires du Front de gauche portent des propositions et veulent oeuvrer à la construction de ce large front du peuple, seul à même de redonner l’espoir dans une gauche de progrès, ainsi que les forces nécessaires pour des avancées dans les court, moyen et long termes. Cette visée n’est pas hors de portée. On le voit à travers les contestations qui se sont fait jour au sein de la majorité gouvernementale et des formations qui la composent. On le voit de même, malgré le pilonnage médiatique et idéologique, à travers les luttes sociales qui ne cessent de se développer. Sortir de la crise actuelle en changeant radicalement de cap et en inversant la vapeur pour faire revenir la richesse là d’où elle ne devrait pas partir, en la mettant au service de l’Humain d’abord, voilà l’ambitieux projet que nous proposons de construire. Quand les circonstances l’ont exigé, la gauche, forte de ses valeurs, a su faire front pour barrer le chemin à l’obscurantisme, à la réaction et aux régression sociales. Ouvrons donc le dialogue, entrons en travail et passons à l’action !


Dire qu’il n’y a pas d’alternative au libéralisme et à l’austérité est absurde.


 

Qu’attendent-ils du front de gauche ?


La parole à... JOËL DE PAEPE ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ, NOUVEL ADHÉRENT DU PCF
« Je suis de Gauche.
Je crois l’avoir été toujours, naturellement dirais-je. Pour moi la gauche c’est, oui la formule me semble adéquate, « l’Humain d’abord ». être de gauche, c’est se souvenir, se servir, s’imprégner, se nourrir, des Lumières, de 1789, 1793, 1848, de la Commune, de 36, des combats pour la sécu, de 68, de 1981, des combats pour l’abolition de la peine de mort, le droit à l’avortement, etc. et chacun pourra y ajouter ses propres références.
Se référer oui, pour ne garder que l’exemplaire et ne plus commettre, à l’avenir, les erreurs du passé. se souvenir aussi de tous ceux, connus et anonymes, de droite comme de gauche, qui se sont levés (et sont parfois tombés) pour la justice, la liberté, pour une société plus équitable, plus sociale…
Là aussi, à chacun d’y mettre des noms, je pense à Hugo, Jaurès ou Moulin. aujourd’hui, où sont ils, ces hommes et ces femmes ? Où sont-ils ces idéaux ? Où sont-ils ces combats ? Ces exemples ?
Aujourd’hui, dans notre société « uniformédiatisée », on nous formate, on nous rebat les oreilles avec la crise : ce serait une fatalité inéluctable, le trou de la sécu ? La faute aux pauvres qui trichent, faire du social ? Plus de sous et pendant qu’on y est : la montée du Fn, la faute à pas de chance peut-être ? Femmes et hommes de gauche (je ne parle pas de ceux qui usurpent et trahissent ce mot : les Hollande, Valls et consorts
- sans jeu de mots -), à nous de nous unir et de nous souvenir des chemins tracés par les combats passés et gagnés, à nous de reprendre le flambeau de la dignité.
Le Front de gauche en est la seule opportunité. saisissons-la, il y a urgence. Demain, nos enfants doivent pouvoir dire de nous : « ils l’ont fait ».


Pierre Laurent Secrétaire national du Parti Communiste Français rapport introductif à la discussion du Conseil national du PCF des 14 et 15 juin 2014

"Non seulement, la crise structurelle du système capitaliste dans laquelle nous sommes engagés depuis 2008 n’est pas terminée, mais elle n’est pas non plus en voie d’atténuation. les antagonismes qu’elle génère ne cessent de s’aiguiser. les grands intérêts financiers et capitalistes, auxquels la révolution néo-libérale a donné le pouvoir sur la conduite des affaires économiques du monde dans les années 80 et 90, n’en finissent pas de faire payer l’addition de leur crise aux peuples. leurs exigences de rentabilité sont à la mesure des immenses gâchis financiers que génèrent leur course hyperconcurrentielle aux profits. la compétitivité, c’est pour eux la volonté de faire dominer, en toutes circonstances, le plus haut niveau possible de rentabilité des capitaux pour les actionnaires.”

 

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1294

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|