“Lorsqu’un homme assiste sans broncher à une injustice, les étoiles déraillent.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Contorsions
  • 6 mars 2014,
    par Guy Cure
  • Il y a plusieurs décennies que le canton n’a plus de fonction administrative. le « bureau du juge » n’est qu’un vague souvenir dans la mémoire des anciens. le canton ne sert plus qu’à élire un Conseiller général qui administre le département. les (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Complément
  • 6 mars 2014,
    par Malicette
  • La semaine dernière, j’indiquais qu’ouvriers et ouvrières étaient absents du Panthéon. J’aurais pu ajouter qu’il n’y a pas non plus de communistes dont, (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2014 > Mars > N1276 > Vive l’anglais

Vive l’anglais

jeudi 6 mars 2014 , 83 : visites , par Malicette

Dernièrement est paru dans le journal local un curieux cocorico. Il criait sur les toits la réussite à 100 % de l’enseignement de l’anglais dans les cours élémentaires, avec « éveil dans les maternelles ». Pendant qu’on y est, on devrait imposer l’anglais aux parents et aux enseignants. 100 % d’anglais, c’est-à-dire rien pour l’allemand ni l’espagnol. les autres langues, n’en parlons pas. où est le choix ? où est la diversité culturelle ? et même l’efficacité, puisque l’europe a besoin du français et de l’allemand.
L’UPOPAUBE a fait venir dernièrement Philippe Loubière qui a démontré comment la culture française était dominée par un système économique dont le fer de lance est la langue anglaise. Une langue ne sert pas seulement à communiquer, elle sert d’abord à penser. ne faut-il pas voir là une violence idéologique de la même façon qu’il existe une violence économique. la violence linguistique en fait partie nous n’avons rien contre le fait d’apprendre les langues, moyen formidable de communication et de culture, mais la langue n’est pas un simple outil technique. elle transporte avec elle une vision du monde, une culture, un art de vivre, de communiquer, de vendre. Mais aussi d’imposer. C’est un moyen de pression, de pouvoir, de domination.
Voilà pourquoi le cocorico académique est insolent et dissonant.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1276

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|