“La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.” Baruch Spinoza

L'Humeur
  • Envers et contre tous
  • 6 février 2014,
    par Guy Cure
  • Encore une fois, on fait mentir les mots. Qui sont ces « tous » pour lesquels des manifestants expriment leurs intolérances ? Attention ! ces vestiges du passé tiennent plus du tyrannosaure que du Beau xvième. Ils suent la haine et le fanatisme. (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2014 > Février > N1272 > HOMMAGE À... Pierre Rahon

HOMMAGE À... Pierre Rahon

jeudi 6 février 2014 , 718 : visites , par Jean Lefevre

Notre camarade Pierre Rahon, qui vient de nous quitter fut d’abord un enseignant de grande qualité, c’est-à-dire pétri d’humanité et d’exigence professionnelles. il avait le don d’encadrer, d’organiser les classes et les groupes d’élèves qui lui étaient confiés. il est vrai que sa personnalité jouait pour beaucoup. c’était un mélange de solidité, de bienveillance et d’humour.
Après quelques années en primaire, il s’était spécialisé en psycho-pédagogie. c’est surtout grâce aux CEMEA, mouvement d’éducation populaire né en 1937 du Front populaire, que pierre fut sensibilisé aux problèmes sociaux, autrement dit à la politique.
Il était sous une apparence impassible, un grand émotif. réservé, réfléchi, il n’aimait pas les engagements énergiques et tranchés. le sectarisme n’était pas sa tasse de thé. Son engagement au parti communiste ne fut pas un long fleuve tranquille. communiste atypique certes, il restait un communiste clairvoyant, intelligent. c’est pourquoi il tenait à rester dans « la famille », parce qu’aucun ailleurs ne le tentait. il était respecté de ses adversaires pour sa fidélité à l’idéal. parce que l’essentiel pour lui était d’aider à construire un autre monde. Beaucoup s’y étaient attelés, des penseurs, des artistes, des résistants, fusillés, déportés, des millions de gens du peuple. ces gens-là méritaient son respect. certains y avaient laissé leur vie, parfois leur lucidité, mais tous savaient qu’il faut changer le monde et que le pire est toujours à redouter.
Il a donc rempli ses mandats de conseiller général et de maire de Brienne-le-château en tant que communiste, sachant qu’il avait autour de lui des élus de droite qui ne manqueraient pas de l’assassiner politiquement au moindre dérapage. Je me souviens quand, il fut élu conseiller général en 1979 pour la 1ère fois, une furie de l’extrême droite d’alors osa dire qu’il avait été élu par les “crasseux des HLM”. autrement dit : “la canaille”, ce qui rappelait les injures proférées par les versaillaises en crinolines passant devant les cadavres des communards.
Il nous reste un devoir pour faire reculer l’oubli, tenter de conserver quelques uns des fils fragiles mais précieux qui nous reliaient à pierre, à son intelligence, à sa sensibilité, à ses combats, aux tâches qu’il a accomplies, aux enfants et aux petits enfants qu’il a aimés, ainsi qu’à son épouse.
La belle cérémonie au cimetière intercommunal a permis à une foule très nombreuse de rendre à pierre un hommage marqué, relayé par le parti communiste Français qui a redit de son côté à Brigitte et sa famille la profonde sympathie qu’il leur portait ; un hommage auquel s’associe la dépêche de l’aube.

JEAN LEFÈVRE

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1272

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|