Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Election > Rassemblement antilibéral M.-G. Buffet dans Le Monde

Rassemblement antilibéral M.-G. Buffet dans Le Monde

“nous allons nous en sortir. Je me bats avec détermination pour cela”

samedi 16 décembre 2006 , 2129 : visites

Les dirigeants de la gauche antilibérale ne parviennent pas à s’accorder sur votre candidature. La maintiendrez-vous ?

Bien sûr. A moins que les collectifs locaux changent d’idée cette semaine.

Si le blocage persiste, le PCF ira-t-il seul à la bataille ?

S’il n’y a pas de candidat du rassemblement antilibéral, il faudra y aller seul. Je ne l’envisage pas car ce serait un échec. (...) Cela aurait été beaucoup plus simple de décider au Congrès, au mois de mars, de présenter en tant que communistes un candidat, une secrétaire nationale. Mais pour faire quoi ? Pour avoir Besancenot avec 2 ou 3 %, moi qui fasse, 2, 3 ou 4 %, et d’autres candidats pareils ? Nous sommes tous contents, nous avons tous notre casaque, nous sommes de bons jockeys. Mais la course se fait simplement entre l’UMP et le PS. (...)

L’essentiel, ce sont les hommes et les femmes qui composent ces collectifs. Ils donnent leur avis et il faut les écouter. On ne peut pas bloquer la décision qu’ils ont donnée. C’est pour cette raison que j’ai proposé que l’on retourne cette semaine vers les collectifs. Et que ces collectifs disent : " On confirme ce que l’on a dit. " Il faut faire vite. Nous allons arriver à la trêve des confiseurs, nous sommes déjà très en retard dans notre engagement dans la campagne électorale.

Quelle est l’incidence du poids du Parti sur ces collectifs ?

Si le poids du PCF était tel - j’en rêve -, la totalité des collectifs locaux auraient choisi Buffet. Ce n’est pas le cas. Sur les collectifs qui ont vraiment voté, 70 % se sont prononcés pour Buffet, 20 % pour Clémentine Autain, 10 % pour Yves Salesse. D’autres ont procédé par classement, 63 % pour Buffet, 20 % pour Clémentine Autain. Il y a eu de la diversité dans ces collectifs et dans d’autres, je suis dans la minorité.

Heureusement qu’il y a des communistes ! S’ils n’étaient pas là dans ce rassemblement, comment ferions-nous. Ces 10 000 militants communistes sont engagés depuis deux ans dans ce rassemblement, ce n’est pas un atout pour le rassemblement.

Cela ne veut-il pas dire que la gauche antilibérale est d’ores et déjà affaiblie pour la présidentielle ? J’espère que non, et que nous allons nous en sortir cette semaine. Je me bats avec détermination pour cela. Ne craignez-vous pas que les électeurs qui, déjà, songent au vote utile - vu ce qui s’est passé le 21 avril 2002 - ne se détournent définitivement de vous devant vos tergiversations ?

Les gens sont intéressés. Mais ils nous diront à un certain moment : " Vos idées sont bonnes, mais si vous n’êtes pas capables d’aller vers une candidature, nous allons utiliser la seule candidature qui nous reste pour battre la droite, c’est-à-dire Ségolène Royal. " Et ils auront raison quelque part.

Pourrez-vous gouverner avec le PS version Ségolène Royal ? Sur la base du programme que présente Ségolène Royal, ma position est claire. C’est celle de beaucoup de communistes, c’est de dire nous ne pouvons pas aller dans un gouvernement qui mènera une politique sociale libérale. Il ne s’agit pas d’un problème de personne. C’est parce que c’est une politique qui, petit à petit, va de nouveau décevoir. Si nous ne mettons pas les moyens pour changer réellement, par exemple la question fiscale, nous n’aurons pas les moyens de répondre aux questions sur les professeurs dans les écoles, les moyens pour la recherche, la culture. Si nous ne remettons pas en cause l’orientation actuelle de l’Union européenne, nous ne pourrons pas recréer, par exemple, un grand service public de l’énergie.

Essayons de faire en sorte qu’il y ait une dynamique à gauche qui porte un programme antilibéral, jusqu’au gouvernement bien évidemment.

Mais si vous ne pouvez pas gouverner avec les socialistes, vous désisterez-vous pour Ségolène Royal dans l’hypothèse où elle ferait face à Nicolas Sarkozy au second tour ? Ah, mais c’est autre chose ! Je suis claire là-dessus. Désistement sans négociation, sans rien. Rassemblement de la gauche face à Sarkozy. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute.

Cet homme est dangereux. Il est dangereux pour les droits sociaux - relisez les programmes de l’UMP, ses déclarations et son comportement par rapport aux hommes et femmes issus de l’immigration, son attitude par rapport aux jeunes !

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N899

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|