“Aujourd’hui, quand vous vivez dans une famille ouvrière, vous avez peur que vos enfants tombent dans la misère. Pourquoi ? Parce que la politique actuelle contribue à accumuler des richesses.” Pierre Laurent

Dossier
  • “Fiers de payer l’impôt... Quand il est juste !” Abolir les privilèges fiscaux
    12 décembre 2013

    Le temps n’est plus à une “remise à plat” de l’impôt comme le souhaite le gouvernement. Il est désormais à asseoir l’impôt sur la richesse réelle accumulée. De chacun selon ses moyens, pour tous selon les besoins. Il y a deux façons d’aborder l’impôt. Pour la droite et le patronat, l’impôt est une “charge” puisqu’il représente de l’argent soustrait aux (...)

    Lire la suite
Le dessin

12 décembre 2013
L'Humeur
  • Le meilleur et le pire
  • 12 décembre 2013,
    par Guy Cure
  • Je ne comprends pas tout ce qu’implique la découverte du boson de Higgs. Je trouve merveilleux que l’expérience confirme la théorie. Merveilleux aussi que des cerveaux humains jonglent avec la matière, l’énergie. Galilée et Newton étaient accessibles (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Octogénaire agressé
  • 12 décembre 2013,
    par Malicette
  • Encore un titre à la noix et en pleine page dans le quotidien du lundi : « Un octogénaire agressé en pleine nuit à Troyes » ! Oui, l’affaire est (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Décembre > N1264 > Le meilleur et le pire

Le meilleur et le pire

jeudi 12 décembre 2013 , 182 : visites , par Guy Cure

Je ne comprends pas tout ce qu’implique la découverte du boson de Higgs. Je trouve merveilleux que l’expérience confirme la théorie. Merveilleux aussi que des cerveaux humains jonglent avec la matière, l’énergie. Galilée et Newton étaient accessibles avec un minimum d’effort et de curiosité. Maintenant la science met à jour une réalité matérielle qui n’est pas évidente. L’accès au savoir passe par la coopération internationale d’équipes de chercheurs, par des investissements financiers importants sans qu’il y ait forcément espoir de retombées économiques. Le prix Nobel est l’hommage de la communauté humaine à ce qu’elle peut concevoir de plus grandiose.
Je ne comprends pas tout de la situation en République centrafricaine. Il est clair que là-bas aussi la misère engendre le repli, l’intolérance, la haine. On parle d’ethnies et de religions, on oublie les richesses accaparées pendant des décennies par les actionnaires de sociétés privées, détournées par des potentats-marionnettes. Maintenant on utilise beaucoup d’argent public pour éteindre un incendie à coup de bombes. Et quelle sera la paix qui sortira de cette guerre ? Où est l’ébauche une alternative économique qui soit aussi une lueur d’espoir et sans laquelle l’aventure militaire pourrait apparaitre comme une démonstration de l’efficacité d’un matériel militaire en quête de nouveaux marchés.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1264

1 Message

  • Le meilleur et le pire 13 décembre 2013 09:46, par JOINVILLE

    LE CAPITALISME À L’AGONIE Le Monde Économique du 7.11.13

    - À une époque où beaucoup sont désorientés et s’interrogent sur ce qui se passe dans notre société en crise, et où ni le pouvoir, ni les partis et encore moins les religions n’apportent de réponses à leurs interrogations, voici un livre qui leur apporte des éléments de réponse, en jetant un pavé dans la mare du politiquement correct.

    - Un livre au titre sensationnel - Le Capitalisme à l’agonie - qui débute franchement "marxiste" et par la critique implacable de ce qui, selon Paul Jorion, sociologue, spécialiste de la formation des prix et chroniqueur au "Monde Economique", n’est pas "un système économique, mais une tare de notre système économique".

    - Il déploie ensuite une analyse très fine des mécanismes historiques et psychologiques où s’affrontent notamment la liberté et l’égalité, l’éthique et la propriété. Mais l’auteur se sépare de Marx et de son spectre en ce qu’il ne distingue pas deux classes d’acteurs (capitaliste et prolétaire), mais quatre : le capitaliste, l’entrepreneur, le salarié et le marchand. Dans la lutte implacable pour la captation du surplus dégagé par leur activité conjointe, c’est le salarié qui perd à tout coup, car l’intérêt versé au capital et les positions de force des trois autres acteurs concentrent peu à peu la richesse et le patrimoine dans les mains d’un tout petit nombre.

    - Ce n’est donc pas la baisse tendancielle des profits qui tuera le capitalisme, comme le croyait Marx, mais l’accumulation outrancière du capital, car l’intérêt versé aux capitalistes les enrichit toujours plus et les investisseurs substituant les machines au travail, le pouvoir d’achat et la consommation se tarissent. Il ne reste plus que le crédit pour maintenir la demande, jusqu’à ce que le paiement des intérêts de celui-ci achève d’appauvrir la cohorte des salariés. Le jeu s’arrêtera quand il n’y aura plus assez de joueurs.

    - Faisant un long détour par la crise actuelle qu’il voit comme les prémices de l’effondrement, l’auteur met surtout en pièces la spéculation dont il décrit par le menu les turpitudes et les stupidités, les produits financiers "pourris", les modèles mathématiques et les ordinateurs chargés de grappiller des milliards de centimes en moins d’une seconde en détraquant sciemment l’offre et la demande.

    - Non, dit Paul Jorion, la spéculation ne met pas de l’huile dans les rouages du marché, comme ses tenants le prétendent, mais elle y met le feu. Parce que les Bourses sont devenues des maisons de jeu légales et dangereuses, peut-on les contraindre pour autant ? Sacrifier la liberté à la vertu ? La propriété à l’éthique ? Le brillant renfort de Marat, Robespierre, Hegel, Freud ou Lacordaire, comme celui de l’anthropologie et de la psychologie des profondeurs ne lui permettent pas de trancher.

    - Proche de John Maynard Keynes, Paul Jorion s’en distingue en ce qu’il ne croit plus à la possibilité de parvenir au plein-emploi qui remettrait le travailleur au centre et l’économie sur ses pieds. Il appelle donc à "un changement de civilisation". Pour réussir cette mutation, sa préférence va à l’instauration d’un système "où les revenus proviendraient d’une autre source que le travail", ce qui supposerait la création d’un "revenu minimum universel". Et ce qui supposerait encore plus une intervention de la puissance publique pour mieux répartir les richesses - sans pour autant tomber dans la dictature - à savoir la fiscalité.

    - Il énonce quatre principes : "ne pas imposer le travail qui constitue sans conteste l’activité humaine la plus utile et la plus digne d’être encouragée" ; "imposer substantiellement les revenus du capital" (dont les stock- options) ; "imposer de manière dissuasive les gains du jeu" (y compris les opérations financières) ; "éliminer les rentes de situation". Autrement dit, il n’est point question de révolution, mais de "remettre les compteurs à zéro", de gré ou de force. Le capitalisme n’est pas vraiment à l’agonie, mais il a une fièvre de cheval et Paul Jorion fait partie des médecins qui se pressent à son chevet.

    - Présenté par le journal LE MONDE ÉCONOMIQUE du 7.4. 2011 dans sa chronique "Le livre du jour" sous le titre, "Le Capitalisme à l’agonie", de Paul Jorion : le spectre de Karl Marx" Fayard, 348 p., 20 €.

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|