“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

Dossier
  • “Fiers de payer l’impôt... Quand il est juste !” Abolir les privilèges fiscaux
    12 décembre 2013

    Le temps n’est plus à une “remise à plat” de l’impôt comme le souhaite le gouvernement. Il est désormais à asseoir l’impôt sur la richesse réelle accumulée. De chacun selon ses moyens, pour tous selon les besoins. Il y a deux façons d’aborder l’impôt. Pour la droite et le patronat, l’impôt est une “charge” puisqu’il représente de l’argent soustrait aux (...)

    Lire la suite
Le dessin

12 décembre 2013
L'Humeur
  • Le meilleur et le pire
  • 12 décembre 2013,
    par Guy Cure
  • Je ne comprends pas tout ce qu’implique la découverte du boson de Higgs. Je trouve merveilleux que l’expérience confirme la théorie. Merveilleux aussi que des cerveaux humains jonglent avec la matière, l’énergie. Galilée et Newton étaient accessibles (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Octogénaire agressé
  • 12 décembre 2013,
    par Malicette
  • Encore un titre à la noix et en pleine page dans le quotidien du lundi : « Un octogénaire agressé en pleine nuit à Troyes » ! Oui, l’affaire est (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Décembre > N1264 > Le président de la SNCF à Troyes “il faut continuer la mobilisation car des (...)

Le président de la SNCF à Troyes “il faut continuer la mobilisation car des questions demeurent”

jeudi 12 décembre 2013 , 209 : visites

Très attendu par les usagers et les élus, le président de la SNCF, Guillaume Pépy était mardi dernier à Troyes.
Suppression de deux allers-retours sur la ligne Paris-Troyes- Belfort, réduction de la desserte d’ici à 2016, matériel vétuste et retards en cascade... Quelle malédiction semble avoir frappé la ligne n°4 ? Il n’y a pas de fatalité est-il plus juste de répondre, car la situation actuelle est bien le résultat de décisions prises à l’échelon national, tant du côté de la SNCF que de celui de l’état. Interpellé sur toutes ces questions, G. Pépy a adopté la tactique éculée du “c’est pas moi, c’est l’autre”. Placé devant l’évidence, le président de la SNCF (qui siège, en outre, au conseil d’administration de Suez environnement) a concédé que « le service sur cette ligne n’est pas de bonne qualité. Ce n’est pas durable [sic !!!] ni acceptable ». Il a annoncé un “train” de mesures touchant à la régularité et la ponctualité, la remotorisation de machines avec un budget de 8 millions d’euros étalé sur trois ans, l’installation en 2015 de nouveaux trains et des travaux sur les infrastructures. Pierre Mathieu, en charge des infrastructures ferroviaires au Conseil régional, s’est bien sûr félicité de cette visite qui, pour lui, est le fruit de la « mobilisation au niveau des collectivités, mais aussi des acteurs socioéconomiques  ». Notre hebdomadaire a, régulièrement, fait état de ses nombreuses interventions aux plus hauts niveaux pour défendre un service public de qualité sur la ligne SNCF n°4.

TOUT EST LOIN D’ÊTRE RÉGLÉ
Le vice-président de la Région reste cependant tempéré, entre autre du fait de l’absence d’engagements précis sur une desserte à 15 allers-retours, comme le demandait le voeu qu’il a proposé et qui fut adopté à l’unanimité lors de la session du 30 septembre du Conseil régional (Lire DA n°1254). Concernant l’électrification de Paris-Troyes, toujours aucun calendrier, alors que les collectivités s’y sont engagées financièrement. C’est en outre ce qui a conduit la Région a suspendre sa participation financière à la 2ème tranche de la ligne du TGV Est tant que la situation ne serait pas débloquée sur ce point. Autre question en suspens, le rétablissement des deux allers-retours supprimés cet été. Après cette visite michèvre mi-chou, la circonspection reste de mise, tant du côté des élus que de celui des usagers. C’est pourquoi Pierre Mathieu appelle à « continuer la mobilisation », car d’après lui, on est encore loin du compte, du point de vue de la qualité et de l’accessibilité à tous du service public de la SNCF. Bien entendu, la presse n’a pas manqué de mettre en avant les “résistants de la 25ème heure”, à l’image du “Monsieur Plus” de Romilly, éric Vuillemin qui demande des réponses avant la fin de l’année, comme étrennes sans doute de bon aloi pour sa campagne des municipales. Comme François Baroin, député et plusieurs fois ministré, il oublie de préciser qu’il est un des VRP du libéralisme qui, de Bruxelles à l’élysée, organisent la casse des services publics de transports.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1264

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|