“Nous ne sommes pas obligés d’accomplir des grandes actions héroïques pour participer au processus du changement. De petits actes multipliés par des millions de personnes peuvent transformer le monde.” Howard Zinn

L'Humeur
  • Détruire Fernand Doré ?
  • 26 septembre 2013,
    par Malicette
  • Le maire ferme la salle Doré à Troyes ! Le bâtiment chavire. Il ne respecte plus les règles d’hygiène et de sécurité ! Pardi ! Comme la Bourse, on laisse lentement se dégrader les bâtisses et comme le chien qu’on veut noyer, on l’accuse de la rage, mieux (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Ministre Sinistre
  • 26 septembre 2013,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Après l’état ne peut pas tout de Jospin, voilà l’état qui « n’est pas là pour mettre des ressources rares dans des entreprises qui n’ont pas d’avenir » (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • LES AMALGAMES GLAUQUES DE FRANÇOIS BAROIN
  • jeudi 26 septembre 2013
  • François Baroin a fait dans la presse sa “rentrée politique”. Entre langue de bois et amalgames, l’occasion de retendre ses vieilles ficelles (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Septembre > N1253 > Mauvaise nouvelle pour l’Europe

Mauvaise nouvelle pour l’Europe

élections législatives en Allemagne

jeudi 26 septembre 2013 , 232 : visites , par LDA

Merkel sort vainqueur des urnes. Le SPD et les Verts refusent toute coalition avec Die Linke, qui donnerait une majorité de gauche, tournant ainsi le dos aux besoins des classes populaires en Allemagne et en Europe.

Avec un score de 41,5%, Angela Merkel et le parti chrétien-démocrate (CDU) remportent le scrutin qui vient de se dérouler en Allemagne. Mais son partenaire libéral dans le gouvernement s’effondre au-dessous des 5%. Les sociaux-démocrates du SPD, vers qui devrait se tourner la chancelière pour constituer une nouvelle majorité de gouvernement, auraient cependant tout intérêt à y réfléchir à deux fois.

MAUVAISE NOUVELLE
Croqueuse de gouvernement ? Cette fois, ce sont les libéraux qui payent les pots cassés de la politique de Mme Merkel. Mais le SPD, qui a gouverné avec elle de 2005 à 2009, avait réalisé le pire résultat électoral de son histoire à l’issue de cette période. D’autant que l’écart entre CDU et SPD est beaucoup plus important à l’issue des dernières élections qu’il ne l’était en 2005, réduisant d’autant les marges de négociation du SPD. à tous points de vue, le résultat de Merkel n’est pas une bonne nouvelle. Non plus l’inquiétante émergence d’une droite raciste, populiste et nationaliste, jusqu’alors inconsistante électoralement dans le pays. C’est le signe que le “modèle” allemand, déjà rattrapé par la crise économique, se fissure maintenant d’un point de vue politique. Les sociaux-démocrates allemands, qui portent déjà le boulet des réformes antisociales du gouvernement Schröder, vont-ils une nouvelle fois s’accoquiner avec celle qui a consacré l’emprise des marchés financiers, brisé les solidarités pour leur substituer le règne du plus fort au mépris de l’affaibli, qui a alimenté les regains nationalistes et les replis identitaires ? Le résultat de son parti allié au poids hégémonique de son pays vont l’inciter à amplifier sa politique.

CHANGER LES RÈGLES
Alors qu’outre-Rhin comme en France, les socialistes s’enfoncent dans une logique de soumission au libéralisme, le parti de la gauche allemande (Die Linke), sur la base d’une alternative anti-austéritaire, réalise 8,6% et obtient 64 sièges au parlement, devenant la 3ème force politique du pays, malgré une perte de trois points par rapports aux dernières élections législatives. C’est malgré tout une bonne nouvelle, car, pour les allemands, précarisés et qui vivent de plus en plus mal, les ennuis vont continuer. Par une imposture, la chancelière allemande a réussi à faire croire que le moins pire était l’ennemi du mieux. Plus que jamais les allemands et les européens auront besoin de s’appuyer sur une gauche solidaire, unie et déterminée à porter une alternative claire pour un changement politique profond. Le PGE, Parti de la gauche européenne, et le Parti communiste félicitent Die Linke pour le résultat obtenu. Son groupe parlementaire au Bundestag jouera un important rôle d’opposition et sera un appui pour les luttes. En Europe, les solidarités syndicales, l’action des peuples seront plus que jamais nécessaires pour changer les règles. En France, le Parti communiste contribuera de tout son poids à un tel changement.


Le SPD porte comme un boulet les réformes antisociales du gouvernement Schröder.


P.-S.

La dépêche de l’Aube N1253

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|