“Si tu trembles d’indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades.” Che Guevara

L'Humeur
  • Buchères encore
  • 29 août 2013,
    par Malicette
  • On a encore ressorti la thèse du coup de feu malheureux d’un Résistant ce 24 août 1944 à Buchères, coup de feu qui aurait déclenché la « vengeance » des nazis.() Un nazi qui se venge aurait donc des circonstances atténuantes ! Sauf que la 51ème division (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2013 > Août > N1249 > Nous ne battrons pas en retraite

Nous ne battrons pas en retraite

Estivales citoyennes du Front de gauche

jeudi 29 août 2013 , 268 : visites , par LDA

Le week-end dernier le Front de gauche, réuni pour ses “Estivales”, a planché sur les mobilisations à venir : retraite, lutte contre l’austérité, scrutins des municipales et des européennes étaient notamment à l’ordre du jour.

qui ont rempli les colonnes de la presse au lendemain des Estivales du Front de gauche, n’y ont, semble-t-il, rien vu d’autre que la passe d’armes entre Jean- Luc Mélenchon et Pierre Laurent, avant d’en tirer des plans sur la comète, escamotant l’essentiel sous l’anecdotique.

UNI ET OFFENSIF
Si les échanges sur le rassemblement à construire en vue des prochaines élections, si les approches divergent, le Front de gauche, comme beaucoup le souhaiteraient, n’est pas entré en soins palliatifs. D’ailleurs, ce sont souvent les mêmes qui annoncent depuis plus de vingt ans la mort du PCF. On jugera de la fiabilité de leurs pronostics. Tout débat connaît des moments d’exacerbation. C’est naturel, et c’est le signe que la démocratie reste maîtresse du jeu, qu’elle est vivace et pleine d’élan. C’est le signe que la parole n’est pas confisquée, que le débat est public et à cent lieues de pratiques de coulisses ou de cabinets noirs, encore en usage chez certains. Mais là n’est pas l’essentiel de ces Estivales. à la veille d’une rentrée où le “gros” dossier sera celui des retraites, le Front de gauche est uni, offensif, et déterminé à « redonner l’espérance [et à montrer] le cap sincère de ce qu’est une politique de gauche ». Alors qu’à l’université d’été du PS, le premier ministre ironisait sur le co-président du PG qui « ne cesse d’appeler à une forme de résistance nostalgique », le Front de gauche lui rappelait que, pour la gauche, le sens de l’histoire est celui du progrès social. Un sujet sur lequel aurait pu plancher le PS, avec un président, issu de ses rangs, le plus impopulaire de l’histoire de la Vème République. En cette rentrée, les mobilisations contre les régressions sont à l’ordre du jour.

L’HEURE DES MOBILISATIONS
Il y a, on l’a dit, les retraites, enjeu de société majeur, et les forces sociales et politiques opposées à ce nouveau recul invitent à un premier rendez-vous le 10 septembre prochain. Le Medef piaffe de convoitise et le Premier ministre le caresse dans le sens du poil, alors qu’une majorité de Français est pour une mise à contribution des revenus financiers. Il y a aussi le traité transatlantique, prévu d’ici à 2015, entre Washington et Bruxelles. Un traité qui cassera de nombreuses réglementations, et tirera davantage encore l’Europe vers le bas (voir DA n°1237 du 7 juin). Et puis 2014, va connaître deux scrutins  : celui des européennes et les municipales. Parler concret, du vécu, construire des projets rassembleurs pour améliorer la vie quotidienne des gens, tel en sera le fil conducteur. « Créer à l’échelle des municipalités des majorités pour des politiques anti-austéritaires », comme l’a dit Marie-Pierre Vieu, membre de l’exécutif national du PCF, et dire « un oui massif à une Europe de la solidarité », à l’occasion des Européennes, faute de quoi « c’est la droite qui fera progresser son discours de régression sociale », selon Pierre Laurent, tels seront les défis de ces élections. Le Front de gauche sort donc de ses Estivales décidé à ne pas battre en retraite.


Retraites : une majorité de Français est pour la mise à contribution des revenus financiers.


P.-S.

La dépêche de l’Aube N1249

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|