“Des gens se mobilisent depuis quatre mois pour plus de justice sociale et la réponse du gouvernement est de faire raquer les plus pauvres !” Ian Brossat

L'Humeur
  • CONTRE LA PEINE DE MORT
  • 25 juillet 2013,
    par Guy Cure
  • En épousant son patron, en s’installant dans son bel appartement, Frédérique n’aurait jamais songé que son histoire d’amour éternel ne vivrait pas trois décennies, et qu’elle perdrait du même coup son emploi et son logement. Après un coup du sort, (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Juillet > N1244 > CONTRE LA PEINE DE MORT

CONTRE LA PEINE DE MORT

jeudi 25 juillet 2013 , 325 : visites , par Guy Cure

En épousant son patron, en s’installant dans son bel appartement, Frédérique n’aurait jamais songé que son histoire d’amour éternel ne vivrait pas trois décennies, et qu’elle perdrait du même coup son emploi et son logement.
Après un coup du sort, d’autres savent rebondir. DSK ou Tapie démontrent qu’il ne faut jamais s’avouer vaincu. Allez savoir pourquoi, Frédérique n’a pas eu cette volonté. Elle s’est laissé entrainer dans le cercle infernal de la misère et du désespoir. Les brumes de l’alcool et du tabac n’ont fait qu’ajouter de la solitude au néant. Mais elle savait bien aussi que là était l’issue. Son enterrement fut aussi discret que sa fin de vie. à quelques jours près, il y a 6 ans, Pascale se suicidait. Un chagrin d’amour à 50 ans, une dépression, une perte d’emploi, les Restos du coeur, pourquoi lutter pour survivre quand on n’a plus d’avenir à partager ?
Bien sûr, la société n’est pas responsable des peines de coeur et des aléas de la vie.
Mais notre époque est sans pitié. Les cas particuliers ne pèsent rien contre la rentabilité, contre la réduction du nombre de fonctionnaires. Il y a du dédain qui ressemble à une double peine. Le droit à l’erreur n’existe plus pour les humbles. Dans la compétition de la vie, celui ou celle qui échoue risque la mort.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1244

1 Message

  • CONTRE LA PEINE DE MORT 26 juillet 2013 10:36

    - Notre société fonctionne comme un moteur à trois temps.
    - 1 - le chacun pour soi
    - 2 - la loi du plus fort
    - 3 - malheur au vaincu
    - Il manque un mot à la devise de notre République. C’est le mot Solidarité.
    - D’après moi ce n’est ni de gouvernement ni de régime qu’il faut changer mais de CI. VI. LI. SA. TION !
    - Mais qui dit nouvelle civilisation dit nouvelle culture.
    - C’est par là qu’il faut commencer pour bâtir quelque chose de valable et de durable.
    - Pour ne pas recommencer sans cesse à bâtir péniblement des châteaux de sable qui s’écroulent les uns après les autres.
    - Les maîtres de tir à l’arc enseignent que pour atteindre la cible, il faut viser plus loin.
    - Il faut :
    - GÉRER LE PRÉSENT TOUT EN PRÉPARANT L’AVENIR
    - Ou ce qui revient au même
    - PRÉRARER L’AVENIR TOUT EN GÉRANT LE PRÉSENT

    _

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|