“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Étranglement des collectivités locales

Les élus communistes et républicains passent à l’action

lundi 27 novembre 2006 , 1747 : visites , par FLORENT BALLANFAT

Se plaindre d’un transfert de charges de l’État vers les collectivités est une chose, mais chercher les moyens de sortir de cette impasse en est une autre.

Les élus communistes et républicains et leur association : l’ANECR présidée nationalement par André Chassaigne, député communiste du Puy-de-Dôme, succédant ainsi à Bernard Birsinger récemment décédé, ont effectué une proposition pour donner enfin aux collectivités locales les moyens de répondre aux besoins des habitants. Réorienter les actifs financiers des entreprises vers cette loi prévoit notamment la taxation à hauteur de 0,5% des actifs financiers des entreprises qui représentent pour 2006 : 6 000 milliards d’euros une somme colossale qui n’est pas mise au ser-vice de l’investissement et de l’emploi. Une situation qui n’est pas acceptable quand sous prétexte d’austérité, on appelle les collectivités à faire de plus en plus d’économies sur des compétences que le gouvernement leur transfère. Pour réaliser des investissements indispensables pour le bien-être des administrés, les collectivités doivent avoir recours à la fiscalité. Or force est de reconnaître que tous les contributeurs ne sont pas logés à la même enseigne. En effet, comme souvent, ce sont les ménages qui sont le plus souvent mis à contribution, (et notamment les plus modestes puisque les plus fortunés sont protégés par le "bouclier fiscal" mis en place par la droite).

Le secteur économique peut également être imposé via la taxe professionnelle mais son taux est lié à celui du prélèvement sur les ménages, pour l’augmenter il faut donc aussi augmenter la contribution des ménages. Cette liaison des taux n’est pas le seul cadeau empoisonné laissé par la droite, récemment elle a encore voté une loi visant à plafonner la taxe professionnelle, obligeant les collectivités à rendre plusieurs millions d’euros aux plus grosses entreprises. Une mesure d’autant plus scandaleuse qu’elle empêche les collectivités de mettre à contribution des entreprises qui profitent pourtant largement des services offerts localement, notamment en termes d’infrastructures.

Une proposition pour permettre aux collectivités de répondre aux besoins locaux Les 30 milliards d’euros qui seraient collectés par le biais de cette taxation, pourraient enfin permettre de ressortir des projets souvent mis au placard par les collectivités (mairies, Conseils généraux, et Conseils régionaux notamment) faute de moyens. Des sources de créations massives d’emplois sont ainsi inexploitées alors même que les besoins des habitants sont de plus en plus nombreux (services à la personne, transports collectifs...). Dans un souci d’équilibre territorial cette somme serait gérée par un fonds de péréquation au niveau national qui répartirait cette recette nouvelle, en fonction des besoins locaux, pour gommer les déséquilibres entre les territoires.

Grâce à une autonomie enfin retrou-vée, les collectivités pourraient ainsi apporter des réponses plus efficaces à leurs populations en tenant compte des besoins exprimés localement dans le cadre d’une indispensable démocratie participative impliquant l’ensemble des citoyens, il sera ainsi possible de construire des services publics de proximité permettant d’améliorer sensiblement la qualité de vie des gens.

En ce sens, l’appel des élus communistes et républicains doit être entendu et largement diffusé par tous les citoyens parce que ces questions les concernent directement. C’est une partie du message qu’André Chassaigne a souhaité faire passer au cours de cette manifestation au succès de laquelle, la Fédération de l’Aube du PCF a bien participé humainement (et matériellement en fournissant le porte-voix au nouveau président de l’ANECR).

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N896

La photo : Une délégation composée d’élus communiste et républicain et de militants- es du PCF avait fait le déplacement pour participer à cette manifestation.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|