“La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.” Baruch Spinoza

Ecoutez-voir
  • La nausée : Quand la police de Baroin s’attaquent aux pauvres !
  • 12 octobre 2011,
    par FLORENT BALLANFAT
  • La police municipale Troyenne sait faire preuve de zèle lorsqu’il s’agit de s’attaquer à ceux qui dérangent Monsieur le Maire. Les communistes sont (...)

  • Lire la suite
Accueil > La dépêche voit rouge > REPONSE A PH BEURY : QUAND LA DROITE MODEREE TENTE ELLE AUSSI D’ASSUMER LA (...)

REPONSE A PH BEURY : QUAND LA DROITE MODEREE TENTE ELLE AUSSI D’ASSUMER LA DROITISATION DE NOTRE SOCIETE

mercredi 12 juin 2013 , 619 : visites , par JPC

Monsieur Beury, j’avais cru comprendre à la lecture d’un de vos article il y a de cela quelques temps déjà que, certes (oh grand dieu !), vous ne partagiez pas les idées des communistes, mais que vous respectiez le combat qui était le leur. Je note, suite à l’article que vous venez de publier sur Auboisement ’correct, que ce n’est pas le cas.

Monsieur Beury, je pense que ce qui se passe actuellement en France et dans la plupart des pays européens, avec la résurgence des groupes fascistes, est une honte. Que les résultats électoraux effrayants des partis d’extrême droite tels que le FN, font penser aux nazillons que leur heure est venue. Qu’ils puissent défiler dans les rues en vociférant leur haine en est pour eux une preuve supplémentaire.

Le combat contre l’extrême droite fait partie de l’ADN des communistes et nous n’avons pas attendu le décès de ce jeune homme pour le mener. Cela étant, ce drame intervient dans une période où la banalisation des idées du Front National dans les médias et par une partie de la classe politique est devenue telle que l’on peut tenir publiquement aujourd’hui dans notre pays, des discours racistes, homophobes, islamophobes et xénophobes que l’on croyaient à jamais jetés aux poubelles de histoire.

Cela devrait nous inquiéter tous au plus haut point. Il n’est pas question pour nous de se taire. Nous avons appelé l’ensemble des forces démocrates et les citoyens qui le souhaitaient à venir rendre hommage à ce jeune militant et s’indigner de cet acte odieux place de l’hôtel de ville à Troyes.

Monsieur Beury, nous étions 150 (chiffre RG)et pas 59 comme vous le dites avec un certain mépris. Nous aurions du être cent fois, mille fois, plus je vous l’accorde. Mais ceux qui était là ne méritent pas que vous les traitiez de "valeureux gauchistes". Les responsables de la CGT, de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance, de la Ligue des droits de l’hommes... les élus et personnalités diverses qui étaient présentes apprécieront.

Monsieur Beury, je ne suis pas un adepte des polémiques stériles et je ne ferais pas l’inventaire des propos insultants de votre article.

Le fait de réduire la mort de Clément Méric à une vulgaire " bagarre de voyous" n’est pas à votre honneur. Cela est significatif de la teneur de votre article et n’appelle pas plus de commentaire.

En ce qui concerne mon intervention sur l’attitude de la droite vis-à-vis de l’extrême droite dans l’Aube, mal retranscrite par la presse et dont vous reprenez les inexactitudes. J’ai parlé de "processus de normalisation de l’extrême droite par la droite républicaine" en citant des faits, qui malheureusement à l’époque vous ont laissé comme beaucoup d’autres sans réaction. Ils datent des dernières élections cantonales de 2011. Vous vous rappelez ces fameux "candidats sans visage" du Front national qui au 2ème tour étaient opposés à la gauche ; Dans le canton de Bouilly où l’UMP arrivée 3ème, a refusé de retirer son candidat au risque de faire élire un fantôme ; A La Chapelle St Luc où la conseillère générale communiste était également opposée à l’extrême droite.

Monsieur Beury, pas un leader politique de la droite locale, y compris F. Baroin, n’a appelé à faire barrage au FN. Ils ont de façon sidérante renvoyé dos à dos la gauche et l’extrême droite. Dans l’indifférence, ils ont mis les héritiers de Guy Môquet et de Pétain dans le même sac, mis sur un pied d’égalité, le bourreau et sa victime.

C’est une honte et j’ai tenu à le rappeler !

Monsieur Beury ce sont tous ces actes, que vous voudriez ignorer, qui années après années font qu’aujourd’hui les nazillons défilent tranquillement croix gammée tatouée sur le crâne dans les rues dans le même élan que la droite républicaine.

Aujourd’hui comme hier, l’extrême droite reste une idéologie haineuse, raciste et xénophobe. Ne pas le dire, c’est se rendre complice de ce qui peut arriver de pire à notre pays.

Qu’un homme comme vous puisse oublier à ce point l’histoire, faisant comme l’UMP, l’insidieux amalgame entre extrême gauche et extrême droite afin de mieux assumer la dangereuse droitisation de notre société et l’intolérance qui la caractérise, m’afflige au plus au point.

En conclusion, je ne résiste pas à vous joindre les paroles qu’a citées Chloé, jeune militante communiste lors du rassemblement sur lequel vous vous êtes essuyé les pieds :

Elles sont issues du « Message des Déportés », lu dans toues les mairies à l’occasion de la Journée du Souvenir et de la Déportation :

« Tant que nous pourrons prendre la parole, nous devons dire aux générations nouvelles que c’est surtout dans les moments de crise que ressurgissent les discours antidémocratiques , xénophobes, racistes et antisémites, dans lesquels elles doivent discerner les thèses de ceux qui ont exterminé les juifs d’Europe, massacré les tziganes , déporté et fusillé les Résistants. » Aujourd’hui, il est essentiel qu’elles reconnaissent dans d’autres discours, les vociférations d’Adolf Hitler et la voix de Philippe Pétain. Ainsi averties, pourront-elles combattre le danger s’il se présente. Nous lançons aujourd’hui, un appel à la vigilance, au respect de l’être humain, de sa dignité et du droit à la différence. Ce message que nous adressons aux jeunes générations se veut partie prenante de la construction de l’avenir. » Comme le disait le poète dramaturge allemand Bertolt Brecht : « Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »

Bien à vous

JP CORNEVIN Secrétaire départemental du PCF

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|