La dette est une arme de guerre pour imposer les mesures d’austérité et pour accélérer les déréglementations réclamées par le Medef.” François Chenais économiste

Dossier
  • Les majordomes du libéralisme
    17 mai 2013

    F. Hollande a réalisé le rêve de Sarkozy et de la droite : diviser la gauche et le mouvement social. Le camp réactionnaire est en embuscade mais, à l’Élysée comme à Matignon, on ne veut rien changer. L’ardoise est lourde et ce sont les Françaises et les Français qui vont payer l’addition. Hausse du coût de la vie accolée à une diminution des ressources (...)

    Lire la suite
Le dessin

17 mai 2013
L'Humeur
  • Excusez-moi
  • 17 mai 2013,
    par Guy Cure
  • Nul n’est à l’abri d’un moment d’inattention. il se peut qu’alors la camarade en profite lâchement et se saisisse de moi, à mon corps défendant. alors, ami lecteur, tu voudras peut-être profiter de l’occasion pour retrouver des copains réunis autour de (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • Patrons voyous
  • jeudi 16 mai 2013
  • Les patrons voyous délocalisateurs sèment la misère sociale en Europe pour aller exploiter la misère et semer la mort dans les pays où la protection (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Mai > N1234 > “L’efficacité, c’est le rassemblement dès le 1er tour”

“L’efficacité, c’est le rassemblement dès le 1er tour”

Romilly-sur-Seine - Municipales 2014

jeudi 16 mai 2013 , 819 : visites

Pour rassembler la gauche dès le 1er tour et construire un projet avec les citoyens, Pierre Mathieu, candidat aux municipales de 2014, a déjà pris son bâton de pélerin. Interview :

La Dépêche de l’Aube : Pourquoi engager dès maintenant la campagne des municipales ?
Pierre Mathieu  : Parce qu’il n’y a aucun temps à perdre. Cette échéance, qui semble lointaine, va en fait arriver très vite. C’est maintenant qu’il faut créer les conditions du rassemblement le plus large possible, sur des valeurs de progrès et de solidarité. Construire des orientations qui correspondent aux attentes et aux besoins de la population ne peut s’improviser et encore moins se bricoler au dernier moment. Construire une liste à l’image de la diversité des forces de gauche, largement majoritaires à Romilly, ouverte aux acteurs locaux qui souhaitent s’engager dans la mise en oeuvre d’un nouveau projet, demande beaucoup de travail et le temps nécessaire pour le réaliser. Je suis pleinement engagé dans ce travail de fond. Et pour moi, il est essentiel de construire le projet avec la participation la plus grande possible d’habitants, de responsables associatifs et syndicaux, d’acteurs sociaux et économiques. C’est le sens des initiatives que j’ai commencé à organiser avec mon ami Joë Triché, conseiller général du canton de Romilly-sur-Seine. Je note d’ailleurs que, sur les questions sensibles du dossier de l’eau ou celle de l’électrification de Paris-Troyes, celles-ci permettent déjà de premières avancées. Cela laisse entrevoir ce qui serait possible avec une nouvelle majorité municipale ancrée sur l’intérêt général plutôt que sur celui des promoteurs ou des intérêts privés de grands groupes tels que Véolia.

LDA : Un appel à la construction d’une liste de rassemblement dès le premier tour a été lancé depuis plusieurs mois déjà. Quand espérez-vous sa concrétisation ?
P.M.  : Le plus rapidement sera le mieux ! Car, il s’agit dès maintenant de construire avec les citoyens, le projet pour mener ensemble la campagne. Une dynamique est à créer avec l’objectif de gérer ensemble demain la ville. Face à une droite qui, au plan national, rêve de reconquête du pouvoir et à une droite locale électoralement minoritaire, il serait incompréhensible de ne pas choisir la voie de l’efficacité. Et l’efficacité, c’est la voie du rassemblement le plus large possible dès maintenant. Un rassemblement respectueux de chacun et de l’apport de toutes les diversités, fondé sur des engagements construits avec les citoyens. Des engagements construits et pris en commun pour être mis en oeuvre en commun. C’est avec cette démarche que nous avons pu gagner puis conserver et gérer la région Champagne-Ardenne. C’est avec cette démarche, faisant passer avant tout l’intérêt des citoyens, que nous pouvons envisager la « gagne » à Romilly. C’est avec cet esprit constructif, rassembleur, combatif et cordial que je m’investis pour animer le travail collectif dès maintenant et pour demain.

LDA  : Dans l’immédiat quelles sont les initiatives prévues, les premières réflexions de travail ?
P.M.  : J’estime qu’en termes de solidarité, de justice sociale, de réponses aux besoins de la population, une gestion différente de la ville peut apporter beaucoup mieux aux habitants de Romilly- sur-Seine. Lorsque les services confiés aux entreprises privées conduisent à des coûts supérieurs pour les usagers et pour la collectivité, tout en ne respectant pas les obligations contractuelles, la bonne utilisation des deniers publics exige la reprise de la gestion publique de ces activités. C’est notamment le cas pour les services d’eau et d’assainissement. Mais la réflexion, sans tabou ni a priori, doit être menée sur d’autres secteurs ; je pense notamment au domaine de la santé. Ce sera l’objet de notre prochaine initiative publique. Romi ll y a besoin d’ un fort développement, mais celui-ci doit être bien mieux équilibré. On ne peut se résigner à voir, par exemple, le coeur de ville vidée de toute sa substance ! Enfin, et sans être exhaustif à ce stade, il me semble vital de mettre en place une véritable démocratie locale, avec des processus réels et durables de concertation et d’élaboration des projets avec les intéressés. D’ores et déjà, des groupes thématiques sont au travail, ils sont ouverts à tous ceux qui le souhaitent. Les réunions publiques vont se poursuivre, les contacts avec les citoyens se multiplier ; porte-à-porte, rendez- vous, réunions d’appartements, etc. Pour ma part, j’entends rencontrer le maximum d’acteurs qui font la vie de Romilly avec une ambition : fédérer toutes les énergies disponibles pour une gestion municipale ambitieuse pour Romilly, pour l’avenir et le mieux-être de ses habitants.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1234

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|