Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > Jacquemard la détresse des salariés sur M6

Jacquemard la détresse des salariés sur M6

vendredi 17 novembre 2006 , 2640 : visites

Dimanche 5 novembre, ils étaient sans aucun doute très nombreux devant leur petit écran pour regarder le reportage d’une heure trente consacré aux “Jacquemard” victimes de la stratégie de délocalisation décidée par la direction.

En cinq ans, le groupe Olympia a procédé à trois plans massifs de licenciements occasionnant la perte de plus de 500 emplois. Et à chaque fois on a expliqué aux salariés que c’était un mal nécessaire pour sauver l’entreprise et restaurer sa trésorerie. Aujourd’hui, plus aucune chaussette ne sort des usines romillonnes alors qu’auparavant 30 millions de paires y étaient fabriquées chaque année. Mais alors que toute la production est réalisée en Roumanie avec des salaires variant entre 120 et 200 euros par mois, le discours de la direction n’a pas varié ; l’entreprise perdrait toujours de l’argent. Il faut vraiment être naïf pour la croire.

Que de drames humains une telle situation a pu provoquer dans les familles concernées. De ce point de vue le reportage de M6 a bien mis en évidence le traumatisme qu’elle provoque chez les salariés. Des salariés qui, durant 10, 20, 30 ans et plus, ont fait la prospérité de la chaussette Olympia. Des profits à Romilly le groupe Jacquemard en a réalisés. On se souvient qu’à une époque, il disposait d’un magot de plus de 140 millions de francs (vingt millions d’euros environ).

Quel gâchis et quelle injustice Au delà de la très grande tristesse qu’exprimaient ces ouvrières et ouvriers, on pouvait y découvrir l’énorme injustice qui les frappait.

Pas étonnant dans ces conditions qu’ils fassent part dans ce reportage de leur colère à l’égard du maire et de sa municipalité qui n’a rien fait pour soutenir les salariés victimes de cette casse. Par bien des aspects, le reportage de M6 était marqué d’insuffisances. Pas un mot sur les fonds publics que le groupe Olympia a continué de percevoir de l’Etat alors qu’il licenciait et délocalisait ses productions. Pas un mot sur le soutien du PCF avec ses élus aux “Jacquemard”. En 2003 par exemple, les très nombreuses démarches qu’ils ont menées avec les syndicats de l’entreprise auprès du Conseil général, du Préfet, du président du Conseil régional ont abouti à la tenue d’une vraie table ronde en Préfecture qui elle-même aboutissait à la signature du contrat du site quelques mois plus tard. Il était difficile pour M6 de montrer un maire inaugurant un marché de Noël alors que le même jour on retrouvait les communistes romillons avec Joë Triché, Conseiller général et Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional, au coeur de la manifestation pour la défense de l’emploi. C’est la raison pour laquelle ils sont complètement ignorés par ce reportage.

Ainsi, pour les salariés licenciés, c’est la galère et l’incertitude du lendemain qui commence, trois seulement ont bénéficié d’un CDI sur les cinquante-six inscrits à la cellule de reclassement. Pour la ville de Romilly ce sera encore un peu moins de taxe professionnelle pour le budget. Par contre, pour Dominique Jacque-mard, l’actionnaire unique du groupe Olympia, de nouveaux profits sont en perspective... mais cette fois en Roumanie.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N895

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|