L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.” Jean Jaurès

L'Humeur
  • Du cheval dans la choucroute
  • 28 février 2013,
    par Malicette
  • L’hiver étant arrivé avec son cortège de verglas et de froid, je m’étais dirigé vers mon magasin préféré d’Intermarché pour acheter du sel à fondre la neige et autres frimas. C’était le temps encore où le cheval faisait fureur dans les lasagnes et dans les (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • MOSCOVICI SALUE LA VICTOIRE DE LA DROITE À CHYPRE !
  • jeudi 28 février 2013
  • Le ministre socialiste des Finances français s’est joint à son homologue conservateur allemand pour saluer lundi denier l’élection du non moins (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Février > N1223 > Une fête pour préparer les luttes

Une fête pour préparer les luttes

Banquet populaire de La Dépêche de l’Aube

jeudi 28 février 2013 , 198 : visites , par Rémi

Rendez-vous annuel des Aubois qui veulent que ça bouge à gauche, moment festif et fraternel, d’année en année le banquet de notre hebdomadaire conforte son succès. L’Aube rebelle s’est retrouvée dimanche dernier.

Gustave Flaubert, qui fit à Nogent- sur-Seine et ses environs plusieurs séjours, définit ainsi un banquet : « on en emporte le meilleur souvenir et on ne se sépare jamais sans s’être donné rendez-vous pour l’année prochaine  ». Que dire de plus juste à propos du banquet annuel de notre hebdomadaire qui s’est tenu le 24 février dernier ?

FESTIVE VEILLÉE D’ARMES
Lorsqu’une telle initiative réunit, d’une année sur l’autre, plus de participants, on peut parler de succès. Le froid rigoureux et les routes enneigées ne furent pas des obstacles pour les 250 convives venus des quatre coins du département. Bien sûr y retrouva-t-on ceux auxquels on avait donné rendez-vous il y a un an. Un plaisir décuplé par l’apparition de têtes nouvelles et jeunes. Et c’est peu dire que les jeunes communistes Aubois ne sont pas passés inaperçus. Le Che, la révolution ou la solidarité avec la Palestine s’affichaient sur les poitrines. Prêts à rallumer les étoiles, ces jeunes communistes n’ont pas hésité à mettre les mains dans les plats, chevau-légers d’une logistique dinatoire impeccable. Les Sodis étaient de la fête, acteurs d’un combat à la hauteur des luttes ouvrières accoucheuses du progrès social. Dans l’Aube, un département où l’urgence sociale appelle avec tant de force un autre chemin, où saigne à gros bouillons la plaie du chômage ; guerre à l’austérité ! guerre totale  ! Tel doit être notre mot d’ordre. « Construire des utopies qui ne sont pas irréelles, mais qui sont des réponses aux réalités qu’on nous impose », Jean Lefèvre, dans son intervention, ne pouvait pas de meilleure façon donner le ton et la couleur de cette initiative ; festive veillée d’armes, prélude aux mobilisations du PCF et du Front de gauche contre l’austérité.

SUR TOUS LES FRONTS
Rédacteur en chef de l’Humanité, Patrick Apel-Muller, a répondu en confrère à l’invitation que nous lui avions faite. De l’accord minoritaire du 11 janvier à l’actualité internationale, en passant par le 36ème Congrès du PCF, il a su mettre en évidence que la politique menée actuellement ne peut conduire que dans le mur. Alors que les loups bruns du FN rôdent déjà dans le bois, infectant de leur bave le mal-vivre, les espoirs déçus et la fatalité rampante, il faut se re-mobiliser et populariser dans l’action les propositions alternatives que nous portons. L’enjeu est historique et la bataille devra être menée sur tous les fronts. C’est à ce prix que la gauche réussira le changement, pas par des compromis boîteux et inégaux qui pénaliseront davantage encore tous ceux qui, pour vivre, n’ont qu’un seul bien : leur force de travail. L’histoire montre que fêtes et luttes sont intimement mélées quand le peuple secoue son joug. La Dépêche, bien que fêtant ses 93 bougies, n’a pas voulu déroger à une telle règle. L’orchestre “Entre Nous”a offert une belle prestation qui n’a pas peu contribué au succès de cette initiative. L’occasion ici de dire un grand merci à ceux qui ont assuré l’intendance de ce rendez- vous bien dans la tradition militante de notre journal.


Guerre à l’austérité ! Guerre totale ! Tel doit être notre mot d’ordre.



P.-S.

La dépêche de l’Aube N1223

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|