“Lorsqu’un homme assiste sans broncher à une injustice, les étoiles déraillent.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Promenade dominicale
  • 14 février 2013,
    par Malicette
  • Monsieur X. nous envoie cet étonnant récit. « Je vous fais part d’une aventure plutôt inquiétante qui est arrivée à mon épouse, lors de son hospitalisation. » M. X. explique donc que sa femme est entrée aux ursulines, un certain vendredi, pour y subir (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2013 > Février > N1221 > L’accord minoritaire ne passera pas !

L’accord minoritaire ne passera pas !

“Sécurisation de l’emploi” : un piège et un nouveau cadeau aux patrons

jeudi 14 février 2013 , 81 : visites , par LDA

Droit dans les bottes du Medef, le gouvernement a présenté le projet de loi, issu du “compromis” du 11 janvier entre le Medef et des syndicats minoritaires. La mobilisation s’organise contre ce recul historique.

Lundi dernier, le ministère du travail a envoyé aux syndicats et au patronat le projet sur la “sécurisation” de l’emploi qui transcrirait dans la loi l’accord signé le 11 janvier par trois syndicats minoritaires et le Medef. Le texte ne touche pas au dispositif qui, en cassant le Code du travail, donne plus de facilités pour licencier et restreint la contestation juridique d’un plan social par les salariés. Le gouvernement, dans le préambule du texte, se déclare très satisfait, estimant entre autre que « les principaux enjeux de notre marché du travail sont enfin et justement (sic !) pris à bras-le-corps ».
Pour faire passer l’amère potion, rien de tel qu’une bonne cuillerée de miel et l’annonce récente de légiférer sur la reprise des sites rentables menacés de fermeture semble en faire figure. Au sein du Parti socialiste, malgré la fin de non-recevoir donnée par ses députés aux dirigeants de la CGT et de FO qui demandent un remaniement profond du compromis, des voix s’élèvent. Marie-Noëlle Lienemann, animatrice de Gauche Avenir, juge que cet accord « est déséquilibré en faveur du patronat » et « constitue sur certains points un recul dangereux ». Le député communiste André Chassaigne voit dans l’accord « une dimension de décivilisation » et n’accepte pas « de faire supporter aux salariés l’absence de projet industriel de notre pays et que soit épargnée la responsabilité du capital ». Les syndicats CGT et FO appellent à une journée de mobilisation le 5 mars contre ces mesures approuvées par plusieurs organisations qui ne représentent que 38% des salariés de notre pays.
Le Front de gauche invite les députés à ne pas voter « la loi du Medef », s’inscrivant dans les rassemblements et initiatives pour y faire barrage, et portera des propositions telles que la loi sur les licenciements boursiers ou une nouvelle définition des licenciements économiques. Comme au moment du pacte de stabilité, l’Humanité Dimanche de ce week-end, avec une grande campagne de diffusion militante, publie l’accord, le décrypte et en démontre la nocivité pour les salariés.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1221

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|