L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.” Jean Jaurès

Accueil > l’hebdo > 2012 > 12 Décembre > N1214 > “ça va ê tre dur pour les français”

“ça va ê tre dur pour les français”

jeudi 27 décembre 2012 , 137 : visites , par LDA

François Hollande, face aux mauvaises perspectives économiques de l’Insee, a prévenu que 2013 serait “dur pour les Français”. Dur pour la poignée de milliardaires ou pour les 65 millions d’autres ?

Une des instances devenues tutélaires des nations, le FMI, pronostique que la France “ne rentrera pas dans les clous”, autrement dit qu’elle ne parviendra pas à ramener son déficit public en-dessous du seuil des 3% du PIB, imposé par les traités ultralibéraux. De son côté, l’Insee ne prévoit “aucun élan de croissance” et annonce que le premier semestre 2013 verrait la continuation de la destruction d’emplois. Pourtant, le 1er ministre persiste et signe en misant sur une croissance de 0,8%. En dépit donc des mesures d’austérité draconiennes imposées par le gouvernement, le bout du tunnel de la crise n’est toujours pas en vue.
De son côté, l’OCDE qui se félicite que ces mesures “ont réduit les pressions immédiates”, continue de considérer que “la crise de la zone euro demeure la principale menace pour l’économie mondiale” et n’exclut pas un nouveau plongeon dans une récession mondiale l’année prochaine. Droit dans ses bottes, F. Hollande se déclare conforté dans sa politique d’austérité par ces prévisions pessimistes, tout en prétendant pouvoir inverser la courbe du chômage d’ici à fin 2013. Alors que tous les indicateurs sont dans le rouge et devraient l’inciter à revoir sa copie, il veut se poser en bon élève. Papandréou avait pris la même posture, disant qu’on allait voir ce qu’on allait voir. On a vu.
Si au moins, tous les sacrifices, les privations et les reculs qui nous ont été imposés pouvaient nous sortir du trou. Même pas. Le moteur capitaliste cale. L’austérité, c’est le tonneau des Danaïdes, un tonneau sans fond qu’on nous demande de remplir. Sortir de la crise passe par d’autres solutions que celles consistant à casser l’assurance maladie, les services publics, l’éducation, etc. pour payer la charge de la dette (les intérêts des banques) qui s’élève à 46,4 milliards d’€, premier poste budgétaire du pays. Le gouvernement a annoncé, début novembre, une recapitalisation à hauteur de 2,58 milliards des banquiers-voyous de Dexia... en empruntant ! 8,6 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté (964 €/mois).

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1214

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|