“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

Le dessin

22 décembre 2012
L'Humeur
  • Alliance
  • 22 décembre 2012,
    par Malicette
  • Le gouvernement a proposé un budget d’austérité. la droite n’était pas d’accord. elle voulait davantage d’austérité. le PCF pensait qu’il fallait au contraire moins d’austérité et revaloriser le smic. Il a fallu voter et il y eut, en toute logique, deux (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • le RSA
  • 22 décembre 2012,
    par DÉDÉ ALACAMPAGNE
  • Philippe adnot se plaint de l’augmentation des dépenses que devra effectuer le département en faveur de l’aide sociale qu’il estime de 2 à 2,5 (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • SARKOZY NOUS COÛTE 1,5 MILLION D’EUROS PAR AN
  • samedi 22 décembre 2012
  • Sarkozy perçoit, en tant qu’ancien président de la République, une indemnité de 6 000 euros brut par mois, et bénéficie d’un appartement meublé et (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2012 > 12 Décembre > N1213 > Se mobiliser pour sauver la ligne 4 et notre territoire

Se mobiliser pour sauver la ligne 4 et notre territoire

Ligne SNCF Paris - Troyes - Belfort

samedi 22 décembre 2012 , 145 : visites , par FLORENT BALLANFAT

A l’appel de Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional chargé des infrastructures et des transports, le Petit Louvre à Troyes avait fait le plein pour une réunion publique le 19 décembre, en vue d’une mobilisation contre un projet gouvernemental menaçant l’avenir de la ligne Paris-Troyes-Belfort.
Face à la menace, Pierre Mathieu donne l’alerte
Documents à l’appui, le vice-président du Conseil régional s’est employé à décrire les dangers pour notre département contenus dans l’avant-projet de loi « de décentralisation et de réforme de l’action publique » car s’ils étaient appliqués, les critères du nouvel article L 2121-1 du code de transport conduiraient à un retrait pur et simple de l’état sur de nombreuses lignes. En effet, cet article prévoit que seuls pourraient être conventionnés par l’état : « les services de jour entre des villes de plus de 100 000 habitants situés dans deux régions différentes mais non contiguës… ». Concrètement pour la ligne 4, cela signifie que les 15 allers-retours entre Paris et Troyes, tout comme les trains Paris-Troyes-Belfort puisqu’aucune de ces villes, hormis Paris, compte plus de 100 000 habitants.
Un scénario catastrophe qu’il faut remettre en cause sans attendre
Un tel projet, s’il était adopté, mettrait fin au statut national de la ligne 4, et le Conseil régional devrait se substituer à l’état pour reprendre ces dessertes. Mais ce serait intenable pour le budget de la Région de faire face aux charges d’exploitation des trains et encore moins de renouveler le matériel qui circule sur la ligne, pour lequel il faudrait probablement trouver plus de 150 millions d’euros.
Issus de différentes organisations(de la CGT à la CCI en passant par des associations d’usagers), élus de collectivités (Région, Conseil général…) ou simples citoyens, les intervenants se sont unanimement exprimés contre ce scénario qui étoufferait notre département et souhaitent se mobiliser pour le maintien du statut national et même international de la ligne 4, et pour demander le respect des engagements sur l’électrification. Sur ce dernier point, Pierre Mathieu a signalé que la Région refuserait de verser le moindre euro pour le financement de la 2ème phase de la LGV Est, tant que l’état ne tiendra pas ses engagements sur l’électrification. Pour faire grandir la mobilisation, l’élu communiste a proposé de rédiger un court texte d’appel qui sera soumis aux diverses organisations présentes et qui pourra servir de base à une pétition unitaire de grande ampleur contre ce scénario. à l’issue de la réunion, les divers participants semblaient en tout cas bien déterminés à créer le rapport de force pour mettre à mal ce projet.



P.-S.

La dépêche de l’Aube N1213

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|