“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • Ca ne se sait pas
  • 1er novembre 2012,
    par Guy Cure
  • Un copain socialiste me disait qu’il n’y a pas de réponse politique à la crise économique, « sinon, ça se saurait ». Quand le voile de la fatalité obscurcit même la conscience des militants de gauche, une nouvelle progression de l’influence du Front (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Croyance et laïcité
  • 1er novembre 2012,
    par Jean Lefevre
  • L’autre jour, dans les journaux locaux, m’était donné à lire une pleine page sur « l’ archiduc Christian de Habsbourg, altesse impériale et royale… » (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2012 > 11 Novembre > N1206 > Cycleurope sur le petit braquet

Cycleurope sur le petit braquet

Romilly-sur-Seine

jeudi 1er novembre 2012 , 291 : visites , par Joë Triché

Incertitudes pour Cycleurope à Romilly après la mise en redressement judiciaire de l’usine-filiale de Machecoul en Loire- Atlantique.
Le groupe familial Grimaldi, propriétaire de Cycleurope industries SAS à Romilly et de Cycleurope KA international à Machecoul en Loire-Atlantique, a décidé de se séparer de cette dernière et vient de demander sa mise en redressement judiciaire. Pour le directeur, Jan Forssjö, la faute en revient à la grande distribution qui “contracte” les prix et s’approvisionne de plus en plus hors de France. Un argument “en béton” de la part du représentant d’un groupe qui possède plus de 30 filliales en Europe, aux USA et... depuis 2005, à Kunshan en Chine ! Cette procédure s’inscrit selon la direction dans le cadre d’un “ajustement de capacités” et serait le premier acte précédant une éventuelle reprise. Qu’adviendra- t-il si aucun acquéreur ne se manifeste ? “Nous verrons cela le moment venu”, esquive M. Forssjö.

BAISSE DE PRODUCTION
Il y a dix ans, l’usine de Machecoul employait plus de 400 salariés et davantage en saison haute. Il en reste 250. En 2007, au moment d’une “passe difficile”, et pour apporter de la trésorerie, le Conseil général de Loire-Atlantique avait acquis pour 3 millions d’euros les murs de l’usine et mis en place un crédit-bail. Au printemps 2008, le Conseil général de l’Aube rachetait pour 2 millions d’euros le site industriel de Romilly avec un montage pratiquement similaire. Officiellement, pas de souci à se faire selon le maire de Romilly. Et pourtant.
20 ruptures conventionnelles viennent d’être réalisées. La production est sous les 400 vélos par jour et la durée hebdomadaire de travail est à l’heure actuelle de 28 heures. Premiers “ajustements de capacités”  ? Des indicateurs qui suscitent la vigilance dans un bassin d’emploi déjà bien sinistré. Début 2010, peu après la signature avec Peugeot, le directeur annonçait une production de 250 000 vélos d’ici à 2013. Nous en sommes loin et les “perspectives de développement”, annoncées en avril 2011 dans la presse, avec les vélos électriques semblent obérées. Et quelle sera la politique de PSA, dans l’oeil du cyclône, à l’égard de sa branche cycles ? Un dossier donc à suivre avec la plus grande attention.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1206

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|