Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

L'Humeur
  • Les écuries d’augias
  • 13 septembre 2012,
    par Malicette
  • Souvenez-vous d’Hercule, pas celui de Pif le chien, mais le vrai, celui à qui on demanda de nettoyer les écuries d’Augias. Déjà à cette époque, chevaux, vaches cochons polluaient dangereusement le sol. Hercule tombait à point. Et pour ce nettoyage (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2012 > 09 Septembre > N1199 > Cérémonies de buchères et creney

Cérémonies de buchères et creney

MÉMOIRE

jeudi 13 septembre 2012 , 202 : visites , par Jean Lefevre

La cérémonie commémorative du massacre de Buchères le 24 août a d’abord été à l’origine confidentielle, les municipalités précédentes ne voulant pas y inviter préfets et associations de résistants.
« C’est la faute des maquisards » tenait lieu d’explication, comme à Oradour-sur-Glane ou à Maillé. On en oubliait presque que c’étaient les Allemands qui avaient commis ces crimes. Le récit totalement partisan de M. Stacofe en est une illustration (Lire la brochure  : « Témoignages »). M. Pétré, l’instituteur, eut le courage d’organiser, dans les années 50, des veillées nocturnes avec les enfants des écoles, près de la lanterne des morts construite en 1947. On ne voit plus guère malheureusement aujourd’hui des enfants et leurs maîtres assister aux cérémonies. Le monde a changé, me répondra t-on. Le fameux « devoir de mémoire » implique cependant qu’on aille se projeter dans le futur. Ne doit-on pas s’inquiéter du score du FN qui pullule ici à près de 25 % aux dernières présidentielles  ? Je trouve que ces cérémonies officielles, malgré quelques rappels historiques utiles, ratent leur fonction d’avertisseur. Les cérémonies aussi émouvantes soient-elles doivent être aussi des leçons d’histoire. Or, l’histoire c’est notre identité, c’est la construction de notre avenir. Le passé distille des leçons qu’il nous faut décrypter.
Quand Daniel Lebeau est arrivé, il a heureusement changé la donne et invité les autorités civiles officielles et les associations à se joindre aux cérémonies, ce qui était une façon correcte de rendre hommage aux 67 martyrs qui n’étaient pas morts, faut-il le rappeler encore, à cause du coup de fusil malheureux d’un résistant, mais à cause de la tactique odieuse de la terre brûlée propre aux SS en débandade. Ceux-ci massacrèrent environ 300 personnes dans l’Aube, tout au long de leur fuite.
Une autre crainte que peuvent avoir les anciens combattants de la Résistance, c’est la réduction de toute la Résistance à l’Appel du Général de Gaulle. C’est une version devenue « officielle » au fil des années. Qu’on se rende à Buchères ou à Creney [1], il n’y a plus que De Gaulle comme résistant, pire, ce sont ses lointains descendants politiques de l’UMP qui tentent de s’en approprier la gloire. S’il y avait un héros organisateur, unificateur à magnifier c’est pourtant bien Jean Moulin. Son nom hélas, n’apparaît plus guère. Quant aux pauvres communistes assassinés à Creney par les fascistes allemands et bretons, leur appartenance politique a disparu et on invite même les gens à la messe pour le salut de leur âme, bien qu’ils fussent athées ou agnostiques, parfois même musulmans ou juifs. La laïcité républicaine doit être respectée en ce domaine comme en bien d’autres.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1199

Notes

[1Sur le lieu où furent fusillés à Creney les 53 patriotes, le maire a fait planter 53 arbres ce qui est un joli symbole. Par contre, il a fait inscrire sur la plaque commémorant ce martyre « victimes de la seconde guerre mondiale », ce qui fait tiquer à juste titre les associations de résistance. Ces martyrs en effet furent des héros engagés dans la lutte contre la barbarie nazie. C’est donc en soldats qu’ils sont tombés, abattus par la gestapo de Rennes (en repli). Dans ce commando nazi, il y avait plusieurs membres de la Milice Perrot, autonomistes bretons engagés dans le « Bretonischen Waffenverband der SS ». Les auteurs de ce massacre ont échappé à l’épuration et ont obtenu leur naturalisation en Allemagne ou en irlande, ainsi que l’indique un travail des historiens Rémois J.-P. et Jocelyne Husson.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|