“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • émir et erza
  • 15 mars 2012,
    par Malicette
  • émir a 6 ans et va à la grande école à Robin noir. Sa petite soeur Erza, 4 ans, est encore à la maternelle. Ils sont rentrés ce lundi en fanfare, accompagnés d’un aéropage de parents, instites, présidents d’associations, journalistes et photographes. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • PRG : L’ETRANGE OBSTINATION DU PS AUBOIS
  • 15 mars 2012,
    par Passy Connh
  • Mais d’où provient cette obstination étrange du PS à vouloir imposer coûte que coûte le PRG aux aubois ? Je viens d’apprendre par la presse que dans (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2012 > 03 Mars > N1173 > M. Adnot, lorsque les élus sont aux côtés des salariés, ils obtiennent des (...)

Sodimédical

M. Adnot, lorsque les élus sont aux côtés des salariés, ils obtiennent des résultats

jeudi 15 mars 2012 , 496 : visites , par JPC

L’entreprise américaine Albany international, spécialisée dans le tissage, avait annoncé le 23 février la fermeture de son usine situé en Haute-Vienne et la suppression de cent trente-quatre emplois.
Contrairement à ce qui se passe pour Sodimédical, la fermeture annoncée de cette usine installée depuis des décennies avait provoqué la colère des élus locaux et leur mobilisation. Or, le 8 mars , les dirigeants de cette entreprise détenue à 50 pour cent par un fonds de pensions américain viennent d’annoncer qu’ils renonçaient à leur projet de fermeture. Messieurs Adnot et Baroin feraient bien de cogiter à ce qui vient de se passer en Haute-Vienne au lieu de s’acharner sur les femmes de Sodimédical et de défendre bec et ongle les intérêts privés d’un patron liquidateur d’emploi.
En envoyant à tous les maires de l’Aube le communiqué de la direction de Sodimédical, M. Adnot s’est transformé en VRP d’un patron-voyou condamné 32 fois par la justice française. Horripilé par le fait que les femmes de Sodimédical ne se soient pas soumises à sa vision archaïque de la société, il pense que les maires de l’Aube vont s’agenouiller. Sait-il au moins que la terrible saignée du textile aubois qu’il a parfois même encouragée est une plaie ouverte dans la population auboise.
Dans toutes les communes de notre département, il y a une famille brisée parce qu’un patron liquidateur a supprimé le boulot d’un père ou d’une mère. Les maires en ont conscience et continueront à appeler à la solidarité car le combat des Sodimédical est devenu emblématique. P. Adnot est un homme du passé ; du haut de son fauteuil doré, il n’a pas vu que le pays était entré en résistance. Pas par idéologie, simplement parce qu’aujourd’hui c’est une question de survie.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1173

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|