Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Projet de loi sur la délinquance

Projet de loi sur la délinquance

le flicage des pauvres

vendredi 22 septembre 2006 , 3185 : visites

Le projet de loi de prévention de la délinquance est en débat au Parlement.

Ce texte, élaboré en catimini depuis plus de trois ans par Sarkozy, est attendu au tournant. Travailleurs sociaux, maires, magistrats, psychiatres, tous sont alertés par cette usine à gaz riche de 51 articles où s’empilent les mesures musclées sur l’aide sociale, la justice des mineurs, l’urbanisme, la violence conjugale ou le fonctionnement des fourrières. Tout le texte est traversé par la philosophie ultra sécuritaire de Sarkozy qui tente de replacer ce sujet au cœur du débat présidentiel. Ce projet de loi stigmatise les populations en difficulté en faisant d’elles des nids de délinquants en puissance et organise autour des familles tenues pour seules responsables de la délinquance un véritable contrôle social.

La loi transforme les maires en shérifs, pouvant saisir le juge des enfants afin de mettre sous tutelle les allocations familiales, faisant de lui le destinataire d’une flopée d’informations, notamment sur les cas les plus difficiles suivis par les travailleurs sociaux jusqu’ici couverts par le secret professionnel. Les travailleurs sociaux sont en colère ; ils dénoncent une remise en cause de leur travail, à commencer par la fin du secret professionnel. À terme, cela bannit toute confiance entre l’éducateur et la personne prise en charge. Sans remettre à plat l’ordonnance de 1945 comme il le brandissait depuis des mois, Sarkozy durcit à nouveau la justice des mineurs.

Les élus communistes font valoir qu’en organisant "un nouvel ordre social fondé sur la répression et le contrôle des individus considérés comme vulnérables ou déviants", ce projet de loi "bafoue un certain nombre de principes constitutionnels ". Ils dénoncent une remise en cause de la séparation des pouvoirs, caractérisée par l’attribution aux maires de nouvelles prérogatives en matière de lutte contre la délinquance

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N887

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|